Molly Saint-Rose : on a trouvé le Graal du porno français !

1555

Aaaaahhh… Molly Saint-Rose… Découverte sur Twitter il y a quelques mois, discrète, j’ai tout de suite accroché à son charme très naturel, c’est typiquement le genre de fille qui me fait fondre. Tu sais, la fameuse « girl nextdoor », la fille qui pourrait être ta voisine. Lorsqu’elle a commencé publier des selfies dénudée, elle m’a totalement fait craquer. Je ne vous cacherais pas que j’ai été très surpris à la vitesse à laquelle elle s’est faite remarquée dans le milieu. Rencontre avec une actrice atypique.

Molly Saint Rose

– Bonjour Molly, peux-tu te présenter à nos lecteurs qui ne te connaissent pas encore ?
– Je m’appelle Molly Saint-Rose, je suis une jeune femme de 20 ans, originaire du Nord et qui fait des vidéos X depuis bientôt 6 mois. On me trouve sur Twitter à raconter ma vie ou bien sur les tubes quand vos femmes ne vous satisfont plus sexuellement.

– On se suit sur Twitter depuis le tout début, comment t’es venue l’envie de publier des photos de toi nue sur ce réseau ?
– Je n’ai pas commencé de manière rapide. J’ai fait un striptease temporel. Mes photos sont passées d’habillée à pornographique en 5 mois… L’envie était là car j’ai toujours été exhibitionniste. Par exemple, lorsque je mets une robe, je ne mets pas de culotte, j’aime me montrer à poil. La nudité permet de s’affirmer. Pourquoi remettre en question les nudes et toutes ces choses là alors que l’Être humain a baigné dans une culture avec des peintures dont les sujets sont des gens à poil. Après, il y a aussi le côté orgueilleux, quand on a un beau cul, des beaux seins, pourquoi rester habillée modestement ?

– Tu t’éloignes assez des stéréotypes des stars du porno et pourtant tu sembles être appréciée du public. Que penses-tu que les gens aiment chez toi ?
– En consommant du X, j’ai remarqué à quel point ce milieu adorait les filles moutons : je joue la conne pour attirer un max de gens, il y a un code à respecter, fais pas de grimace, ça fait fuir les consommateurs. Bref, ce n’est pas moi. Incarner un personnage, c’est bien mais quel plaisir j’ai à être quelqu’un qui n’est pas moi. Si j’ai décidé de faire du porno c’est en tant que véritable personne.

Je préfère dire non en passant pour une grosse connasse que de donner l’illusion d’un « oui » en jouant la meuf aguicheuse qui, en vrai, en a absolument rien à foutre de ta gueule, sauf quand tu fais une notification sur un réseau ou quand tu génères quelque chose pour elle. Si cela doit me jouer des tours, d’accord… Je ne cherche aucune notoriété.

Je pense que les gens aiment ma sincérité et mon humour. En fait, je suis quelqu’un de cool, je n’ai pas la grosse tête. Je suis la gentille fille d’à côté.

– Si je me souviens bien, c’est Rico Simmons qui a parlé de toi à John B. Root, comment s’est passée ta toute première scène dans le porno ?
– La première scène, même si aujourd’hui je la vois d’un œil critique (C’est en la regardant que je me rends compte du progrès sexuel que j’ai fait en 6 mois), ça reste l’une de mes meilleure scène. J’aimerais revivre l’adrénaline que j’ai ressenti ce jour là. Rien est à changer. Je dois tout à Rico, malheureusement c’est la seule fois où j’ai tourné avec lui. J’espère travailler plus souvent avec lui car il le mérite et je lui dois bien ça.

– C’était aussi ta première expérience sexuelle, tu en gardes un bon souvenir ?
– Ma gare s’est transformée en un aéroport.

Molly Saint Rose Bunny

– Dorcel, Jacquie et Michel, Kink… Ca ne va pas trop vite pour une personne qui était encore vierge en début d’année ?
– Non, du tout. Parfois j’aimerais faire un torticolis au temps car j’ai l’impression que ce dernier rame un peu. A faire pâlir, les bergers et les moutons de la société.

– Tu as déjà pratiqué pas mal de choses cette année, il y aurait-il des fantasmes ou des envies que tu aimerais concrétiser ?
– Faire un threesome avec un juif, un musulman pour régler la question israélo-palestinienne.

– Question musique et cinéma, si tu devais emmener un seul album et un seul film sur une île déserte, ce serait lesquels ?
– Oulala ! En album, je dirais « Confession on the Dancefloor » de Madonna, commercial mais assez rythmé et ne te fait pas basculer en PLS. En film, je dirais « Orange Mécanique » parce que, merde, j’aime Kubrick !

– De ce que j’ai pu voir de toi sur Twitter, tu me sembles quelqu’un d’assez timide et sensible. Ca tranche complètement avec les scènes très hardcore que tu peux faire parfois. Il y aurait-il deux Molly ? Celle que l’on voit à l’écran et celle de la vie de tous les jours ?
– Il y a surtout celle que les gens ont envie de voir. Ils se font une image de moi, il suffirait de boire un café avec moi pour voir tomber, comme un château de cartes, les clichés sur ma personne. Ma vie est un paradoxe. Comme tout le monde, je ressens un vide quand on me fait un coup de pute, quand j’apprends que le mec avec qui j’étais n’était pas ce qu’il semblait être. Cacher sa faiblesse et sa timidité derrière une rébellion, je l’ai fait et ça a marché.

– Tu apprécies la littérature, il y a des auteurs que tu affectionnes particulièrement ?
L’auteur dépend de mon humeur mais sinon, entre autres, je me reconnais en Sagan pour le côté décalé, Despentes, J.K. Rowling, Barjavel, Stephen King, Emmanuelle Arsan, Bukowski… Chaque livre est unique, les meilleurs sont ceux qui font miroir. S’y retrouver dedans, c’est magique.

– Tu sembles être concernée par la question du féminisme, selon-toi, est-ce compatible avec ton activité ?
Bien sûr que oui. Erika Lust, Anoushka, Armana Miller le démontrent parfaitement… Le féministe, selon moi, est celui qui fait du porno une façon d’exprimer ses idées sur la sexualité féminine plutôt qu’une chose interdite comme beaucoup de meufs le pensent. La question est : est-ce que les gens seront aptes à comprendre ça ou bien n’iront-ils pas plus loin que la branlette ? Tel est la question. Rome ne s’est pas construite en un jour.

– En dehors du porn, il y aurait des choses que tu aimerais faire dans un avenir proche ? Des projets peut être ?
Si tu veux que ton projet se réalise, n’en parle à personne avant que tu sois bien sûr qu’il se réalise. Je voudrais reprendre mes études… J’aime beaucoup la psychologie, le futur est assez vaste. Les vacances m’auront donné une armure, est-ce positif ? J’en sais trop rien. Si tu veux faire rire Dieu, parle-lui de tes projets.

– Si je ne dis pas de bêtise, tu es bisexuelle/pansexuelle (rayez la mention inutile), la cause LGBT te tient aussi à cœur ?
Je me suis toujours sentie proche des homosexuels. Jésus était bisexuel, où est le problème ?

Partager
Acteur du web depuis 1995, j'ai lancé ce site en 2009 et, aujourd'hui encore, je continue à l'alimenter en parlant des choses qui m'intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

5 Commentaires

  1. Je l’avais vu chez J&M, c’est vrai qu’elle est à croquée cette petite. <3

  2. Je ne connaissais pas, je vais effectuer quelques recherches pour ma culture personnelle. C’est sympa les interviews, il en faudrait plus souvent !

  3. J’aime bien ce genre de discours féministe. Les femmes dans le porn ne sont pas toutes des victimes et cette charmante actrice en est un bon exemple. En tout cas bravo pour cette interview !

  4. @Marc Ouais j’aimerais bien aussi, j’essaye de démarcher mais ça ne répond pas souvent positivement mais j’ai quelques trucs dans les tuyaux. 😉

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here