Xena, la guerrière : Lucy Lawless icône gay malgré elle

94

Diffusée à partir de 1995, « Xena, la guerrière » a connu un bon succès chez nous et était un spinoff de la série « Hercule » qui se déroulait dans le même univers. Mettant en scène la très charismatique Lucy Lawless et Renée O’Connor dans le rôle de Gabrielle, qui ne deviendra un personnage récurrent qu’à partir de la seconde saison, ces aventures sont devenues cultes.

Xena, la guerrière

Cette série mêle histoire et mythologie et se déroule essentiellement dans la Grèce antique mais s’autorise parfois des libertés quant aux destinations et époques. Les protagonistes voyageront en Scandinavie, en Chine, en Inde ou encore en Égypte. « Xena, la guerrière » suit les aventures de Xena et Gabrielle dans leur quête de justice et de rédemption pour notre charmante brune, avec diverses péripéties souvent liées à la mythologie.

Le personnage de Xena aurait été inspiré par la reine Amina de Zaria (fille de la reine Bakwa Turunku de la cité-état Haoussa de Zazzau au XVè siècle). Après plusieurs années passées en redoutable chef de guerre, notre héroïne parvient à se racheter de son passé grâce à Hercule. À partir de ce moment, elle fera tout son possible pour lutter pour le bien et la paix, en se battant contre des guerriers impitoyables, des dieux, des démons et même contre la mort.

Lucy Lawless nue

Elle se déplace en compagnie de Gabrielle, une barde qui deviendra sa plus fidèle amie mais aussi sa biographe. Son histoire, passant d’une paysanne innocente à une guerrière puissante, est considérée comme une trame toute aussi importante que la rédemption de Xena.

Une femme forte et un duo féminin aura suffi pour que la communauté lesbienne s’attache à ces deux personnages et leur relation très ambiguë sera entretenu par les scénaristes tout au long des 6 saisons. Si la série s’attarde beaucoup sur leur relation amicale, il faudra savoir lire entre les lignes et d’innocents baisers seront échangés quelques fois durant leurs périples.

Renée O'Connor nue

Nos deux protagonistes sont très liés entre-eux et rapidement leur relation devient de plus en plus forte. Même si cette série n’était pas toujours au top de la créativité, on ne pourra pas lui enlever cette trame de fond très bien construite et qui, dans le milieu des années 90, abordait (timidement) le sujet de l’homosexualité dans un programme « grand public ». Les charmes de Lucy Lawless et de Renée O’Connor ne laissent personne insensible même pour les plus hétéros d’entre-nous.

« Il y avait toujours le sentiment que Xena pouvait être homosexuelle ou pouvait ne pas l’être. Mais quand on a tourné cette scène où une goutte d’eau passait entre leurs lèvres à toutes les deux durant le final de la série, les choses sont devenues très claires pour moi. Ça n’était pas juste que Xena était bisexuelle et appréciait sa copine avec laquelle elle batifolait de temps en temps. Pas du tout. Elles étaient mariées. »

Sans vraiment le vouloir, ces héroïnes sont devenues des icônes gays et le symbole d’une époque où c’était cool de porter des fringues fluos. L’apparition de Lucy dans la série « L World » aura bouclé la boucle en 2009 et continuera d’entretenir le mythe. On parle d’un reboot dans les tuyaux pour NBC depuis quelques années, on ne devrait pas y retrouver nos actrices fétiches mais si on en croit ce que l’on peut lire sur le web, le personnage sera clairement homosexuel. On espère juste que ce ne sera pas juste pour la « représentation » à la télévision et que la sexualité de l’héroïne sera bien amenée.

Cette série des années 90 était relativement discrète sur le sujet pourtant la relation entre les deux personnages avait quelque chose de très naturel et jamais vulgaire. Mine de rien, c’est une thématique où on a vite fait de se casser la gueule mais « Xena, la guerrière », malgré sa timidité, a réussi un coup de maître sur ce point.

Xena et Gabriella : le baiser final

2 Commentaires

  1. « Malgré elle », Lucy Lawless a quand même bien entretenu le mythe. Je n’irais pas jusqu’à dire que c’est son fond de commerce mais j’ai le sentiment qu’elle joue beaucoup avec ça.

    Cette série, je la regardais en pointillé quand j’étais devant ma télé, ça se laissait voir. J’aimais bien Hercule, il y avait de l’action et de l’humour, c’était plutôt bien fait.

  2. Comme la plupart des gens à l’époque, je pense. C’est vrai qu’en la regardant aujourd’hui, on a un autre regard sur cette série. Ça reste du divertissement pour la télé, ça marche plutôt bien, l’humour sauve le truc, ça ne se prend pas toujours au sérieux.

    Après, à l’image de Mylène Farmer, je pense que Lucy essaie de faire plaisir à son public qui est, à priori, composé de pas mal d’homos. Si on en croit sa filmographie, je n’ai pas l’impression qu’elle flirte toujours avec des rôles forcément sexualisés. Je pense que son apparition dans « L World » c’était juste pour le clin d’œil.

Laisser un commentaire

Please enter your comment!
Please enter your name here