69 Desirs : Les serial testeurs de sextoys

A force de traîner sur Twitter, on fait des rencontres étonnantes. Des personnalités aux fétichismes bizarres, des intellectuels qui « pensent » le sexe et j’en passe. Lilou et Mogwai forme un couple très attachant qui livre ses expériences sur leur blog personnel. Entre les tests de sextoys et les expériences sexuelles originales, nos deux amis ont réussi à fédérer une petite communauté autour d’eux et pour cause, ils sont très actifs et partage souvent leur intimité. Ils ont bien voulu répondre à nos questions…

69desirs - Une belle collection de sextoys

– Bonjour à vous ! Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?
– Mogwai : Je suis Mogwai, jeune homme de 32 ans en couple avec Lilou depuis presque 3 ans. Je m’occupe des tests de sextoys masculins sur 69desirs.fr mais surtout, de l’administration, publication et gestion du site.
– Lilou : Je suis donc Lilou, j’ai 26 ans et je suis la partie féminine du site. Pour ma part, je m’occupe d’essayer les jouets féminins, de rédiger le test et de l’envoyer à Mogwaî pour qu’il se tape tout le sale boulot; correction, mise en page et publication, c’est plutôt cool pour moi (rires). J’ai pris la main sur la communication via les réseaux sociaux et parfois je fais des lives mais Mogwaï n’est jamais loin.

– Comment vous est venue l’envie de lancer un blog sexe ?
– Mogwai : Tout simplement par manque d’information sur le net. A l’époque, j’avais acheté une culotte vibrante et je fut fort déçu du résultat. L’œuf vibrant fonctionnait à peine 5 minutes et même avec de nouvelles piles. C’était en plus des piles plates, donc question budget, c’était hors de question. J’ai recherché des informations sur ce soucis, personne en parlait et je me suis dit qu’il serait intéressant de sortir un blog où on pourrait parler de nos jouets et de nos aventures.

– Vous vous êtes lancé dans l’aventure à deux, qui en a eu l’idée ?
– Mogwai : C’est moi. Lilou au début regardait tout ça d’un œil lointain (nous étions au tout début de notre relation), puis elle a commencé à participer de manière cachée pour ensuite être très présente et active sur le site.
– Lilou : Quand Mogwaï m’a parlé de son idée de blog j’ai donné mon feu vert mais comme il le dit, la relation était toute neuve, cela faisait 3 mois que nous étions ensemble… Je voyais par ce site un moyen de lire ce qu’il ne me disais pas, une façon de lire entre les lignes tu vois ? De fil en aiguilles, il m’a demandé des avis sur des jouets pour femmes et un jour, il à laissé un jouet chez moi en me disant « j’attends ton test ». J’ai donc commencé à filer un coup de main plus soutenu jusqu’à évoluer et participer pleinement au site. C’est marrant mais je crois que je me suis lancée corps et âme dans ce projet quand j’ai été sûre de notre relation !

– Je pose souvent la question mais est-ce que la censure du sexe qui existe sur les réseaux sociaux est un problème pour se faire connaitre ?
– Mogwai : Oui et non. Les sextoys sont plutôt bien tolérés sur les réseaux sociaux, mais un bout de téton et c’est la catastrophe. C’est donc à double-tranchant. C’est sur que ce n’est pas aussi facile qu’un blog culinaire, mais il faut juste respecter les règles. Néanmoins, en réalité, les réseaux sociaux ne ramènent que peu de trafic face au géant du moteur de recherche. C’est donc un petit frein, Google est plutôt clément avec nous.
– Lilou : C’est vrai qu’il y a une certaine censure sur les réseaux sociaux… J’aime plutôt parler de limites. Sur Twitter, il n’y en a pas donc ça va, on peut mettre des culs sans trop se faire engueuler ! C’est marrant car, quand j’ai repris la page Facebook du site, j’ai publié un test d’harnais, la photo montrait le harnais porté de dos par Mogwaï. Comme il avait le cul à l’air, et aidé d’une signalisation d’un utilisateur de Facebook, notre publication a été supprimée dans la foulée. Je me suis alors penchée sur les règles de Facebook, cela dit en passant c’est assez paradoxal, tu peux mettre un cul dans un string mais pas un cul nu ce qui objectivement revient au même. Bref, quand tu as compris comment ça marche ça va. Après, notre ligne éditoriale est plutôt soft, les photos les plus osées sont sur les tests de lingerie et objectivement ça reste dans le raisonnable par rapport aux diverses conditions. Le tout consiste à essayer de montrer notre travail tout en restant dans les règles fixées, le jeu est assez intéressant et comme le dit Mogwaï, c’est pas une énorme source de trafic pour nous. Si les gens veulent voir notre cul, ils savent où aller.

– J’imagine qu’au début c’est un peu compliqué d’avoir la confiance des vendeurs de toys, c’est plus simple maintenant que vous avez une petite notoriété ?
– Mogwai : Oui, au début, ce ne fut pas facile. J’ai envoyé une centaine de mails, j’ai eu quelques retours positifs, négatifs, mais surtout des e-mails sans réponses. On a du prouver ce dont nous étiez capable, gagner la confiance des boutiques pour arriver maintenant à un stade où nous sommes obligés de refuser certains nouveaux partenariats. On a même des boutiques qui nous ont contactés bien plus tard, alors que nous n’avions pas eu de réponse à nos débuts. Comme quoi, la notoriété, ça se gagne, ce n’est pas innée.

– Vous faites beaucoup de tests de sextoys, vous devez en avoir une sacrée collection ?
– Mogwai : Oh oui. J’avoue que j’aime collectionner les objets que j’apprécie. J’ai déjà une grande collection de films, de livres et de jeu vidéo, les sextoys sont venus se greffer à tout ça et j’avoue que je prend plaisir à ranger et mettre en valeur, les meilleurs produits que nous recevons. Aujourd’hui, nous devons être autour des 300 sextoys, sans compter les accessoires, les consommables, la lingerie, etc…
– Lilou : Ahhhhh ne m’en parle pas, il n’y a plus de place chez nous, on va devoir déménager et trouver une deuxième chambre, pas pour les gosses mais pour les jouets !

– Vous dites souvent que vous êtes un couple « ordinaire », est-ce que c’est ça qui plait à vos lecteurs ?
– Mogwai : Oui, je pense. Si nous étions un couple de hardeur, le site n’aurait pas autant de succès. Ce qui nous plaît, c’est de partager avec des gens comme nous. Nous sommes vraiment classique, nous avons un travail au quotidien, nous regardons la télé affalés dans le canapé comme tous le monde, on sort voir nos amis, faire des courses, bref, nous sommes pas plus différents que nos voisins, à la seule différence que nous adorons le sexe et qu’on n’hésite pas à en profiter.
– Lilou : Dans ce que nous faisons il y a trois écoles, les hardeurs qui sont sur un fond de porno, les Bisounours qui écrivent à demi-mots pour les magazines féminins et il y a nous, un couple absolument normal qui appelle un chat un chat ! Je pense que c’est exactement pour ça que notre site plaît, nous ne sommes pas des gens sexuellement supérieurs aux autres, nous ne sommes pas des mannequins, nous ne jouissons pas non plus 10 fois par jour. Nous sommes vraiment normaux ! Les gens aiment voir notre sexualité évoluer et souvent nous ressemblent beaucoup.

– J’imagine qu’avoir une vie sexuelle aussi épanouie vient du fait que votre couple est solide. Comment définiriez-vous votre relation ?
– Mogwai : Oui et non. Ce n’est pas le fait que notre couple soit solide qui fait qu’on a une vie sexuelle aussi épanouie, mais plutôt l’inverse. Pour moi, le sexe est aussi important que les sentiments. Et je serai malheureux de ne pas avoir cette vie sexuelle débridée, même si mon couple est solide derrière. En réalité, c’est surtout le site qui fait que notre couple est solide ou en tout cas, il joue un grand rôle. A travers celui-ci, Lilou et moi, nous nous dévoilons l’un à l’autre, en plus du regard des autres et c’est également ça qui fait que notre couple est solide. On discute souvent ensemble, mais certaines choses passent mieux par écrit ou par le sexe et j’avoue que ça marche plutôt bien pour nous.
_ Lilou : Je risque de répéter ce que vient de dire monsieur mais, le sexe est très important dans notre couple et ça je l’ai compris dès le début. Quand tu commences une relation, tu baises tout le temps mais chez nous cette période à duré très longtemps ! Pour ce qui est de la sexualité débridée dont parle Mogwaï, ça me fait penser à une anecdote… Nos débuts dans le pegging ! Il est arrivé chez moi avec un harnais, on en avait déjà parlé mais là, je ne pouvais pas me dérober. Si ce soir là je ne l’avais pas enculé (appelons un chat un chat), je pense que la suite aurait été compliqué pour nous. Notre sexualité et surtout son évolution est un facteur important chez nous, pour d’autres c’est l’achat d’un baraque… Chacun son truc en fait.

– Vous faites aussi de la vidéo, c’est quelque chose qui vous plait de vous montrer ? Êtes-vous un peu exhibitionnistes ?
– Mogwai : Oui, on fait parfois de la vidéo, mais sans tomber non plus dans le vulgaire. De mon côté, je faisais déjà de la vidéo dans un autre domaine, mais pour Lilou, se fut la première fois. Je ne sais pas si nous sommes exhibitionnistes, je ne pense pas, en tout cas, pas plus que la moyenne, mais c’est vrai que c’est tout de même excitant de se montrer, même si de mon côté, on me voit pas du tout ou partiellement.
– Lilou : Ha les fameuses vidéos ! Définitivement, non, nous ne sommes pas exhibs. C’est plaisant de se montrer un peu sur le net mais on est très loin de l’exibition dans son sens noble.

– De ce que j’en vois sur Twitter, vous semblez avoir une bonne communauté de fans, comment expliquez-vous cet attachement des gens à votre couple ?
– Mogwai : Oui, c’est vrai qu’on a de plus en plus de monde qui nous suivent et de tout âge. Je pense que ça fonctionne car d’une part, nous ne mâchons pas nos mots. On essaye d’être le plus franc possible et en nous exprimant à notre manière. Et d’autres part, nous ne sommes pas intouchables. Nous sommes Mr. et M. tout le monde, on a les mêmes soucis que d’autres, les mêmes besoins et je pense que les gens se transposent en nous. D’ailleurs, nous avons beaucoup de couples qui nous suivent et qui se retrouvent dans notre démarche. Et puis nous sommes un des seuls blogs à mettre autant en avant le couple. C’est peut-être ça qui fonctionne aussi.
– Lilou : Je rajouterai un chose que Mogwaï a zappé, nous sommes présents sur Twitter (ici)… Même si les comptes sont là pour promouvoir le site, nous y sommes vraiment, nous sommes dans une démarche d’échanges et de partages et ça, ça compte. A titre de comparaison, il y a des comptes qui ne publient que des tweets programmés, ils ne répondent jamais et ne créent pas de liens avec les followers. De mon côté, je tweet nos articles (évidemment), mais je partage beaucoup ceux des autres et notamment de Charlie qui est très active. A côté de ça, je papote beaucoup sur Twitter, je déconne avec des followers, je m’éclate quoi. Je pense que c’est pour cela que ça marche et c’est pour cela que j’adore ce réseau !

– Allez, on est entre-nous, c’est quoi le truc le plus bizarre que vous ayez testé tous les deux ?
– Mogwai : C’est pas évident, car il existe beaucoup de produits bizarres sur le marché, mais si je dois en choisir un, c’est surement la RockBox 2, un sextoy pour couple, qui ressemble à une sorte de ponceuse à clito et pénis.
– Lilou : Haha, la ponceuse à clito, pas con ! Je pense aussi à un jouet défectueux qui m’a gavé et saoulé à tester, le Airbee (un vibro connecté qui mesure les contractions du périnée); je contracte à fond et rien ne se passe… J’ai mis du temps à comprendre que le machin ne fonctionnait pas.

– Il y a-t-il encore quelque chose qui vous tenterait ? Quelque chose que vous n’avez pas encore osé faire ?
– Mogwai : Oui, bien sur ! Pourquoi pas testé une fucking-machine, organiser des apéros blogueurs sur Bordeaux, des soirées libertines, faire l’amour dans la rue, il suffit juste d’imaginer pour trouver pleins d’idées de choses que nous n’avons pas encore faites.

– Quelque chose à rajouter ? De nouvelles choses à venir ?
– Mogwai : Pour le moment, rien à ajouter. Cependant, en 2016, 69desirs.fr risque de changer sur plusieurs points, mais nous restons encore vagues sur le sujet, nous ne sommes pas encore prêt à annoncer les changements.
– Lilou : J’en profite pour te remercier de façon plus « officielle » pour cette interview !

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

2 Commentaires

  1. Je les lis plusieurs fois par semaine. Ils sont simples, honnêtes et très sympas. Grâce à eux, j’ai découvert plein de trucs et allongé ma liste d’achats de toys 😉

  2. Lilou et Mogwaï sont un peu trop modestes…

    J’ai l’âge d’être leur mère, j’ai connu leur blog, par un échange avec Lilou, qui avait aimé (à l’époque mis en favori) un lien vers un de mes textes. J’ai regardé son profil Twitter, et je me suis dit « testeuse de sex-toy, son blog ne me concerne pas », j’avais déjà lu un blog d’une autre testeuse et sa lecture m’avait juste confirmé que les sex-toy, c’était pas pour moi.

    Plus tard, je l’ai jointe avec cette première testeuse pour lui envoyer le lien vers un autre de mes textes et Lilou m’a dit qu’en fait elle était un peu en bisbille avec cette autre testeuse. Du coup, je suis allée sur son site…

    Et là, j’ai découvert que je pouvais changer d’avis, j’ai découvert qu’un site de test pouvait être autre chose que du recopiage de notices et autres publicités.

    J’ai aimé son ton, j’ai aimé le ton de Mogwaï, j’ai aussi aimé le fait qu’ils soient accessibles, qu’ils répondent à nos questions sans jamais nous juger, sans jamais se moquer, sans jamais ironiser.

    En dehors des tests, il y a plein de rubriques que j’aime beaucoup, les doubles POV, le forum.

    Mais l’essentiel est pour moi l’humanité qui transparaît quand on les lit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here