Avec Project Body Hair, la marque Billie présente les poils des femmes dans la publicité

Le féminisme est un vrai sujet de société. Ces dernières années, les femmes sont réellement montées au créneau et avec l’aide des réseaux sociaux, de nombreux mouvements ont vu le jour. On pense immédiatement au #MeToo qui a secoué beaucoup de milieux. Il n’aura pas fallu attendre très longtemps avant que les marques se servent de ces causes dans leur communication.

Project Body Hair - Billie

Badoumba !

Vendre des produits destinés aux femmes peut être complexe en matière de marketing. Surtout lorsque l’on parle de marchés autour de la mode et du cosmétique. Des secteurs qui ont passé le plus clair de leur temps à donner aux femmes tous les complexes possibles et imaginables. En créant le problème et la solution, l’industrie “du paraitre” pèse désormais des milliards de Dollars. La publicité a participé à l’oppression des femmes.

On peut aussi évoquer la présence des modèles à la taille fine dans la plupart des spots et des affiches que l’on voit partout. Le corps des femmes a été très normalisé. Chose curieuse puisque les clientes de ces produits sont très loin de ces modèles que l’on tente d’imposer depuis longtemps. La publicité, un générateur de complexes.

Quand les marques s’emparent du féminisme

De nos jours, il est assez difficile de parler de sa marque sans évoquer toutes ces problématiques. La campagne Viva la Vulva pour Nana s’était engouffré dans la brèche de cette nouvelle forme de communication. Le féminisme est en train de devenir un argument commercial. Réelle évolution de notre société ou opportunisme ?

Toujours est-il que la publicité est partout et participe toujours à entretenir certains clichés alors si le discours change dans le bon sens, même si l’intérêt est principalement commercial, c’est peut être une bonne chose finalement ? Quoi qu’il en soit, on ne peut plus communiquer comme on le faisait il n’y a pas encore si longtemps. Les lignes bougent un peu partout et on peut estimer que c’est positif.

Des poils et des marques

Le sujet qui nous intéresse aujourd’hui, c’est cette campagne de la marque Billie qui date de 2018. Le poil a longtemps été une chose “honteuse” pour les femmes. Encore une fois, les responsables sont les vendeurs de cosmétiques et plus particulièrement les marques autour de l’épilation féminine. Si la pornographie a probablement aussi participé à cela, l’épilation dans ce domaine est vite devenu une norme mais plutôt pour des raisons “pratiques” et pour éviter certaines déconvenues comme les poux du pubis (les fameux morpions).

Arvida Byström pour Adidas

L’épilation intégrale est devenue “normale” pour les femmes. Ajoutons à cela le shaming sur le sujet de la part des hommes et on a vu l’émergence de nouveaux complexes. Dans ce contexte, difficile pour une marque comme Billie de vendre ses rasoirs. Chacun est libre de faire ce qu’il veut de son corps et c’est exactement l’angle d’attaque de cette campagne qui montre des femmes avec ou sans poils. Ça n’a l’air de rien mais c’est un véritable pas en avant.

Body positivisme

S’il est évident que nous sommes en face d’une campagne publicitaire d’une marque qui veut toucher une plus large clientèle, le message est bien là et on peut estimer que c’est plutôt positif. Notre société ayant trop tendance à vouloir normer les choses, on se dit que les femmes devraient avoir le choix de s’épiler ou pas sans devoir subir une certaine forme de pression. D’une certaine manière, cette campagne Project Body Hair et les autres participent à aider les femmes à mieux accepter leurs corps.

En vérité, je vous le dis, si les femmes n’avaient plus de complexes, c’est toute l’industrie du cosmétique qui mettrait la clé sous la porte. Si ces produits ont le droit d’exister, c’est la manière de les vendre qui doit changer. Les femmes ont déjà suffisamment de problèmes comme ça.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here