Comment éviter le syndrome de la page blanche ?

Avec l’habitude on arrive assez naturellement à écrire de longs articles sur à peu près n’importe quel sujet mais il arrive parfois qu’après quelques lignes on ne sait plus quoi raconter. J’utilise une petite méthode assez simple pour éviter ce problème que de nombreux rédacteurs rencontrent.

Parfois le plus complexe c’est de trouver un sujet sur lequel parler. L’idéal pour un rédacteur c’est d’utiliser un lecteur de flux de type Feedly et de vous abonner aux blogs et aux sites de votre niche ou de votre secteur d’activité. Il est toujours utile de se tenir informer de ce qui se fait ailleurs. Parfois juste un titre ou un extrait d’un article va vous donner une idée. Bien entendu il ne s’agit pas de répéter ce que vous avez vu ailleurs. Les réseaux sociaux sont aussi un bon moyen d’aller à la pêche à l’inspiration, n’hésitez pas à aller voir ce qui se dit.

De quoi parle-t-on ?

Une fois votre sujet trouvé, il faut en parler. Les actualités peuvent souvent tenir en quelques lignes et c’est là que vous pouvez faire la différence en allant plus loin. Commencez votre billet en expliquant de quoi vous allez parler (c’est d’ailleurs cette partie qui sera visible sur Facebook ou Twitter), c’est une étape clé qui doit donner envie au lecteur d’aller plus loin.

Que s’est-il passé avant ?

Tout d’abord, tentez de bien cadrer votre sujet, vous pouvez par exemple faire un historique en citant des événements ou des faits similaires (profitez-en pour faire des liens vers vos anciens articles). Dites-vous simplement que votre lecteur peut potentiellement ne rien connaitre de ce que vous allez aborder dans vos paragraphes. Résumez, expliquez.

Qu’en est-il aujourd’hui ?

Parlez de l’actualité ou du sujet en question. N’hésitez pas à donner le plus de détails possibles, des chiffres ou encore des citations. Plus votre article sera informatif et plus il sera utile et offrira une réelle valeur ajoutée. Ne vous contentez pas d’expliquer ce qui s’est passé mais essayez d’expliquer comment on en est arrivé là, quels ont été les facteurs qui vous ont conduits à rédiger un article.

Qu’est-ce que j’en pense ?

Si vous avez un blog, n’hésitez pas à donner votre avis. C’est un bon moyen de lancer la discussion dans les commentaires car vous trouverez TOUJOURS des détracteurs et puis c’est toujours intéressant d’être confronté à d’autres points de vues. Pour les journalistes de presse (les bons), on évite de donner son avis mais vous pouvez éventuellement recueillir des témoignages, voir ce que les gens en pensent.

Il y a-t-il des sources ou des informations complémentaires ?

C’est une pratique qui a tendance à se perdre mais citer ses sources permet aussi d’asseoir une certaine forme de crédibilité à votre article. J’avais évoqué l’importance des liens sortants dans un autre billet. En plus d’offrir à votre visiteur un complément d’information, vous vous donnerez également une certaine crédibilité.

Il faut bien entendu adapter cette technique à votre cas particulier mais l’idée est de se poser les bonnes questions et d’y répondre. Mine de rien, vous arriverez assez simplement à 300 mots en approfondissant un peu le sujet. Internet est une vaste source d’informations, n’hésitez pas à piocher à droite et à gauche les détails qui feront de votre article une référence.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here