Cool World : Lorsque se taper des toons est interdit

Je vous avais déjà parlé de Ralph Bakshi, un réalisateur que j’affectionne particulièrement et qui est essentiellement connu pour Fritz The Cat, un cartoon qui ne respecte rien et qui a probablement été écrit sous LSD. Cool World est un autre long métrage de ce génie de l’animation.

Cool World - Kim Basinger et Brad Pitt

Surfant sur la vague de « Qui Veut La Peau De Roger Rabbit ? », Cool World met en scène Kim Basinger et Brad Pitt. Un casting de rêve pour un film qui tente de mélanger cinéma traditionnel et animation. Pas forcément un chef d’oeuvre, l’histoire raconte les aventures de l’inspecteur Franck Harris qui se retrouve emprisonné dans le monde des toons et tente de faire respecter la loi.

Le dessinateur de la BD Cool World, Jack Deebs voit lui aussi la réalité se désintégrer et fini par atterrir dans le monde des toons. Holli Would étant l’incarnation de ses fantasmes les plus fous, il tombe rapidement amoureux de sa création mais voilà, les relations entre les personnes du monde réel et celui des toons sont interdites.

On retrouve la patte de Ralph Bakshi avec des scènes en rotoscopie (les dessins sont calqués sur une prise de vue réelle des personnages) et les toons qui traversent l’écran vous donneront l’impression que vous avez consommé de la drogue. Dans le script original, le film aurait dû être un film d’horreur où la naissance d’un enfant mi-humain mi-toon aurait pu voyager entre les deux mondes. Les studios de l’époque avaient demandé une réécriture complète du scénario sans le réel consentement du réalisateur. Connaissant un peu l’historique de la création de ce long métrage, on comprend un peu mieux sa faiblesse dans son écriture.

Cool World a été tué par les producteurs qui espéraient probablement faire un film tout public afin de surfer sur le succès de Disney mais très clairement ce fût un four. C’est probablement le Ralph Bakshi que j’aime le moins mais il a le mérite de proposer un univers original et des scènes plutôt bien réalisées pour l’époque (même si on est assez loin de ce qui se faisait déjà).

Et rien que pour voir Brad Pitt déambuler dans ce monde improbable, cette petite du cinéma d’animation vaut le coup d’œil.

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here