Déréférencement, désaveu de liens et réputation en ligne

Ces derniers mois Google a beaucoup lutté contre les sites qui abusaient du spam et techniques SEO borderlines. Alors qu’il y a peu, un outil de désaveu de liens permettant aux webmasters de signaler au moteur de recherche le plus célèbre du monde quels sont les liens pointant vers leurs sites qu-il ne faut pas prendre en compte, beaucoup de référenceurs se tournent vers une autre option qui consiste à supprimer ces mauvais liens. Une méthode qui semble un peu plus radicale et ayant le même objectif, supprimer tout ce qui peut nuire au référencement d’un site. Il faut dire que nombreuses sont les techniques d’hier qui ne fonctionnent plus aujourd’hui et dont certaines sont maintenant pénalisées. Je reçois de plus en plus de mails me demandant de retirer tel ou tel lien dans les commentaires ou dans un article. Bien qu’ils soient en nofollow, ces liens optimisés peuvent être assimilés à du spam et bien entendu influer sur le classement dans les résultats de recherche.

Le « déréférencement » semble devenir un réel nouveau marché pour les entrepreneurs, l’idée existe depuis un bon moment finalement, c’est le métier de certaines agences d’e-réputation qui s’occupent parfois de l’image d’une personne ou d’une société qui aurait pu être salie lors d’un bad buzz par exemple. Le problème majeur que pose effectivement cette activité c’est que parfois on peut se confronter à un mur, un site qui ne répond pas à notre demande ou qui refuse purement et simplement de retirer son article négatif. On ne peut pas leur en vouloir, critiquer une société qui a fauté c’est tout à fait compréhensible bien que dans la plupart des cas, les webmasters sont assez réactifs et peuvent être coopératifs.

L’idée de supprimer un contenu du web est quelque chose d’assez complexe, en effet, il ne s’agit pas simplement de supprimer un lien ou un article, il faut aussi aller plus loin, certains sites archivant des pages web (on peut citer le cache de Google par exemple). L’idée étant de redorer son blason mais s’il subsiste des traces négatives, il y a fort à parier qu’elles pourraient réapparaître lors d’une nouvelle campagne marketing. On comprend vite qu’effectivement, l’e-réputation et le déréférencement ne sont pas des activités faciles à pratiquer, un nouveau métier est en train d’émerger selon-moi. Un savant mélange de marketing, de référencement et de réputation en ligne. Encore une fois, il s’agit là de métiers où il n’existe aucune réelle formation où la parfaite connaissance du réseau et une bonne intelligence sont de rigueur.

Certains SEO méconnaissent cette pratique qui est en train de se généraliser. Il s’agit de faire le ménage dans les liens que l’on aurait pu faire par le passé et ainsi se racheter une bonne conduite aujourd’hui (toujours dans le but de grappiller quelques places dans les recherches). Il existe des outils pour gérer tout cela (je vous invite à consulter des sites spécialisés) mais vous pouvez déjà commencer par faire une recherche des pages qui citent votre nom de domaine. Sur Google, il suffit simplement d’ajouter des guillemets, c’est déjà un bon moyen de se faire une idée de qui parle de vous et de prendre les mesures nécessaires soit en contactant les webmasters ou en utilisant l’outil de désaveu de liens dans Google Webmaster Tools. Pour ma part j’ai également créé une alerte Google qui me prévient lorsque de nouvelles pages sont indexées, notez que vous pouvez également le faire pour votre nom/prénom ou pour votre société/activité.

Encore une fois on ne peut que recommander de n’utiliser que des techniques whitehat mais ça n’est pas toujours évident de se faire sa place et on a parfois recours à d’autres méthodes… Attention toutefois à ne pas faire n’importe quoi, supprimer des liens qui sont tout à fait légitime peut influer sur votre positionnement !

Et vous ? Avez-vous eu recours à du déréférencement ou avez-vous déjà utilisez l’outil de désaveu de liens ?

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here