Editroll #24 – Juillet 2019 – Consom’acteur

14
190

Deux ans maintenant que cet édito est en place et je dois bien avouer que j’y prends toujours autant de plaisir. En effet, c’est en juillet 2017 que j’ai fait le choix de revoir ma ligne éditorial et de me concentrer sur un porn plus respectueux mais aussi de mettre en place cet Editroll. La pornographie mainstream étant sur-représentée partout, pour moi, il était important de mettre la lumière sur ces indépendants et les amateurs qui sont assez loin du rouleau compresseur capitaliste, moteur de toutes les dérives.

Capitalism

J’en avais déjà parlé mais à ses débuts, BuzzPorn! était une machine incontrôlable alimentée par des sponsors peu regardants sur les contenus qu’ils vendent. J’ai rapidement compris que tout cela était nul. Nul au point qu’il avait fallu tout reprendre à zéro. Une base beaucoup plus saine. Il faut dire qu’il y a 10 ans je n’y connaissais pas grand chose en matière de pornographie et il est clair que je n’avais pas encore ma culture féministe que j’ai acquise au fil des années. Parce que OUI, le porno peut être synonyme de féminisme.

L’égalité, la représentation des minorités ou tout simplement le consentement sont des valeurs que le porn se doit de porter. Selon moi, toutes les pratiques sexuelles sont acceptables dès l’instant où ces valeurs sont respectées. Chacun a le droit d’aimer ce qu’il veut mais il faut bien avoir conscience que certains studios ne sont là que pour tourner des scènes à la chaîne et ne s’intéressent que très peu à l’Humain. Le sexe est une belle chose et il est regrettable que cela ne se voit pas toujours à l’écran.

En France, c’est le pro-am qui a la cote. Essentiellement par manque d’information des viewers qui n’ont pas toujours connaissance de cet autre porn. On se dirige naturellement vers les marques dont on a eu vent sans chercher plus loin. Pourtant il est important de connaitre l’origine des produits que l’on consomme.

Marché de niche s’il en est, l’actualité du porno est pourtant très riche. Si je n’ai jamais perdu de vu le côté “divertissement” et le ton délibérément “léger” sur ce site, l’idée reste de mettre en avant ces créateurs sur lesquels on ne tombe pas forcément via une simple recherche Google. Le sexe est fun et il doit le rester, on peut en rigoler ou s’amuser des improbables parodies qui peuvent être diffusées sur la toile mais il est indispensable de savoir qui fabrique ces vidéos, comment elles sont réalisées et surtout dans quelles conditions.

Le récent livre de Robin D’Angelo, intitulé “Judy, Lola, Sofia et moi”, a pas mal secoué le milieu de porno français et si on savait que des choses pas très nettes se passaient en coulisse, on a tout de même été assez choqués de voir que c’était encore pire que ce que l’on imaginait. Cette folie de la production de masse n’a d’ailleurs pas réellement de sens quand on sait que le marché de la VOD adulte ne fonctionne plus aussi bien qu’avant. Il n’est pas étonnant que l’on ne souhaite pas sortir sa CB pour des productions pas toujours très bien filmées. L’explosion des plateformes comme ManyVids, par exemple, sont une réponse à porno bas du front.

Peut être est-il temps de ralentir la cadence et de se concentrer sur de plus belles choses. L’industrie doit aussi savoir se remettre en question. Typiquement chez Kink, qui propose des choses assez extrêmes, ils ont mis en place une “consent list” qui permet de définir, avant tournage, quelles sont les choses qu’un.e acteur.trice accepte de faire. Une démarche intéressante qui devrait être la norme partout. Une sorte de label éthique qui permet aux consommateurs de savoir ce pourquoi ils paient.

On ne le répétera jamais assez mais on ne peut que vous inviter à vous renseigner sur le porno que vous consommez et de ne favoriser que les choses qui vous semblent fidèles à vos valeurs. Le porno est dans un ghetto sur Internet et c’est peut être ça le problème. Que cela plaise ou non, la pornographie fait partie de la culture moderne alors autant se tourner vers des productions qui le méritent réellement.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

14 Commentaires

  1. C’est effarant comme tu peux parler de porn et être autant à la ramasse, tu ne comprends vraiment rien au marché. Mais alors rien de chez rien.
    Tu veux te rendre “féministe” pour faire plaisir à une minorité mais le marché n’a pas bougé d’un poil. Les acteurs et actrices ont chié sur d’Angelo (sous pseudo) qui a caricaturé pour vendre son torchon et Dorcel/J&M dominent encore plus le marché qu’avant, il suffit de regarder la concurrence qui se meurt. Son livre n’a rien changé, les gens s’en tapent, ils considèrent les conditions inhérentes à ce travail. A tord.
    Manyvids et onlyfans ne représentent même pas 1% de la consommation de porno et les mecs, sous testostérone, n’ont que faire de voir des grosses, moches, avec des poils dans des pornos dits féministes.

    Bordel, le X c’est du divertissement, de la fiction, du fantasme. Certains fantasment sur des blondes siliconées dans des porshe, d’autres sur la voisine “normale” mais personne ô grand personne ne fantasme sur une obèse aux cheveux bleus et des poils sous les bras.

  2. Est-ce que ça n’est pas là tout l’intérêt d’un site qui ne parle pas de ce porno mainstream que l’on voit partout ? Ce que je trouve incroyable c’est qu’un homme vient expliquer que ne pas représenter les minorités serait quelque chose de positif ? Je trouve que cet article est tout à fait pertinent et encore plus quand on voit ce genre de commentaire grossophobe. Une vision un peu limitée de la société selon moi.

    Si c’est 1% du marché, cela veut dire 99% du porn est malsain ? Peut être.

  3. On peut avoir un article spécial sur les grosses poilues avec les cheveux bleus ? Merci.

  4. Je viens de voir ton tweet. Pour répondre au “jeune homme”, je pense que buzzporn a très bien compris le marché du porno et c’est bien pour ça que ce site parle d’autre chose que dorcel et jm. Si le porno stéréotypé et formaté te semble être quelque chose de bien tant mieux pour toi. Il se trouve que les “1%” aimeraient que les mentalités évoluent. Rien à voir avec les parts de marché.

  5. pas besoin de lire le livre de d’angelo pour voir que le pro-am est malaisant

  6. Il a raison.
    Le X est un divertissement, voilà pourquoi tu préfères voir un Marvel que Julie Lescaut.
    Et ça ne changera jamais.

  7. Je viens suite au tweet.
    Le problème c’est parler d’un sujet intelligemment.
    Sur ce blog c’est très bas du front. Aucun talent d’écriture et style adolescent.

  8. Admettons le style (bien que le ton soit volontairement léger et compréhensible) mais sincèrement, on a quand même le droit de trouver que la production de masse dans le porno n’est pas géniale. Ne ce serait-ce qu’en terme de divertissement mais aussi en terme sociétal. La représentation des minorités et la diversité sont nécessaires mais vous avez tout à fait le droit d’apprécier le porn formaté et redondant. Ce n’est pas ce dont parle ce site que vous ne semblez pas apprécier mais que vous semblez suffisamment connaitre pour critiquer.

    Dire que le porno féministe/éthique est minoritaire, c’est tout l’intérêt d’en parler et quand je lis “grosses, moches, avec des poils dans des pornos dits féministes”, je me dis qu’il y a quand même une sérieuse méconnaissance du sujet, sans parler du manque de respect pour les personnes qui ne rentrent pas forcément dans vos cases patriarcales.

    Il y a peut être un style “adolescent” dans les articles mais je préfère dire qu’un.e acteur.trice est beau.belle plutôt que de systématiquement utiliser des termes comme “salope” qui sont monnaie courante dans le mainstream français. Oui, ça me dérange cette sur-représentation de la domination masculine et ce manque de respect généralisé.

    Alors oui, il faut se renseigner avant d’acheter son porno.

    Sinon, se cacher derrière de multiples pseudos ne fait pas avancer le débat et ça montre bien à quel point vous êtes fier de ce que vous faites. Sans interlocuteur réel, ça n’avancera pas.

  9. Moi j’aime bien le ton de Buzzporn. C’est simple et sans détour. Pas besoin de faire de longs discours moralisateurs pour être féministe. Il y a plein d’autres sites qui réfléchissent sur ces questions de manière plus intellectuelle mais ça n’est pas du tout le sujet de ce blog. Je lis ses articles depuis des années et le style a bien évolué et je trouve que c’est très plaisant.

    Pour ce qui est du fond, l’article explique simplement qu’il y a des alternatives aux Jacquie et Michel et autres Dorcel. En quoi est-ce un mal ? D’ailleurs on entend rarement ces boites parler d’éthique et de conditions de travail. Le livre de Robin D’angelo a peut être grossi un peu le trait mais il y a très certainement un fond de vérité. On l’a bien vu, il y a des bons et des mauvais retours sur ces tournages. C’est sur ces derniers qu’il faut travailler.

  10. Dès l’instant qu’il y a un peu de gentillesse et de bienveillance, les mâles montent au créneau. Continuez à écrire.

  11. C’est justement la domination de Dorcel et du pro-am qui est au cœur du problème en France. Vu comment ils diversifient leurs activités, je ne pense pas que la vidéo soit encore exactement leur cœur de métier. Sincèrement, je préfère donner 20€ pour UNE scène “soit disant” féministe que de payer 10€ par mois pour du porno fabriqué à la chaîne, mal filmé, sans saveur et qui me met plutôt mal à l’aise. Parce que le pro-am dans notre pays, c’est ça : un porno qui sert juste de vitrine pour vendre des produits dérivés. Tout le monde connait ces marques mais dans mon entourage, personne n’a jamais sorti sa CB sur leurs sites. Sûrement parce que je suis grosse avec des poils.

  12. Le site : Regardez il existe autre chose.
    Les beaufs : Pourquoi vous ne parlez pas de ce que tout le monde connait ? Vous ne maîtrisez pas le sujet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here