Editroll #26 – Septembre 2019 – Les arguments anti-féministe

Sur les réseaux sociaux, les échanges entre les hommes et les féministes peuvent parfois être très virulents. Entre incompréhension et bêtise, rares sont les discussions réellement saines. On entend tout le temps les mêmes arguments et il me semblait important de prendre le temps d’expliquer pourquoi ils ne sont pas crédibles.

Violence faites aux femmes

Tout d’abord, il faut comprendre ce qu’est le féminisme. Wikipedia, dans sa grande sagesse le définit comme tel : “Le féminisme est un ensemble de mouvements et d’idées politiques, philosophiques et sociales, qui partagent un but commun : définir, promouvoir et atteindre l’égalité politique, économique, culturelle, personnelle, sociale et juridique entre les femmes et les hommes”. Une idée simple qui veut mettre les femmes et les hommes sur le même pied d’égalité. C’est tout.

Les féministes sont misandres

Beaucoup d’hommes pensent que les féministes détestent les hommes. Ça n’est pas du tout le cas. Il s’agit surtout de méfiance pour le sexe opposé. Quand tu es perpétuellement rabaissée, sifflée dans la rue ou que l’on te touche sans ton consentement, il y a matière à ne plus faire confiance. On a alors vu naitre le hashtag #NotAllMen. Si effectivement tous les hommes ne sont pas machos, ce positionnement minimise aussi les violences faites aux femmes. De plus, avoir un comportement respectueux ne fait pas de vous quelqu’un de “meilleur” mais juste une personne normale. Un argument qui n’est pas franchement utile dans un contexte où les femmes sont toujours oppressées. Vous êtes respectueux ? C’est bien, il n’est pas nécessaire de le crier sur tous les toits.

Féminazis

L’argument de l’extrémisme est celui qui fait le plus grincer des dents. Avoir le sentiment que les féministes vont trop loin, c’est aussi passer à côté de siècles de violences qu’ont pu connaitre les femmes. Le simple fait que le terme “violences” soit employé montre bien à quel point notre société peut être oppressante pour les femmes. Cette violence n’est pas seulement physique, au quotidien une femme doit faire face à de nombreuses remarques sexistes. Il y a certainement des féministes qui, désabusées, peuvent donner le sentiment qu’elles vont trop loin mais c’est une réponse à cette violence quotidienne que nous rencontrons. Le vrai problème, c’est qu’on ne cherche pas à comprendre comment on a pu en arriver là.

Tous différents

Nous avons tous nos différences et ce serait donc un argument avancé pour expliquer que les hommes et les femmes ne peuvent pas être égaux ? Soyons sérieux une minute, pourquoi à compétences égales on privilégie les hommes pour les postes à hautes responsabilités ? Justement, le féminisme se bat pour que toutes ces différences soient acceptées quel que soit nos origines, sexes ou manières de penser. Il n’a jamais été question de gommer ces différences mais de pouvoir vivre avec sans être jugée ou critiquée.

Humaniste

Partant du jolie principe d’égalité, se définir “humaniste” et non pas féministe, c’est, encore une fois, minimiser le mouvement de ces femmes qui ont été oppressées sur plusieurs générations. Nous parlerons des valeurs de l’humanité quand il n’y aura plus de sexisme et de racisme. Cet argument efface les problèmes rencontrés par les femmes, le terme “féministe” existe justement pour mettre en lumière la violence de notre société à leur égard. Vous êtes pour l’égalité hommes-femmes ? Félicitation, vous êtes féministe.

Seins nus

Il y a aussi beaucoup d’incompréhension autour de ces mouvements de femmes qui montrent leurs corps sur Internet. Le problème vient surtout du fait que la nudité féminine est systématiquement censurée, ce qui n’est pas le cas pour la nudité masculine. Est-ce que cela vous semble juste ? Non, ça ne l’est pas. Le corps de la femme est systématiquement sexualisé et c’est tout le cœur du problème. Montrer son corps permet aussi d’afficher ses différences physiques, loin des normes établies par les médias souvent entre les mains des hommes. Alors que les hommes peuvent se balader torse nu sur la plage, de plus en plus de femmes abandonnent le topless juste pour qu’on arrête de les harceler. Les robots sexistes de Facebook et d’Instagram sont aussi un bon exemple de différence de traitement entre les femmes et les hommes.

Pas de problème

Croire que nous vivons dans une société où tous les problèmes d’égalité ont été réglé est une erreur. Rien qu’en France, l’écart moyen de salaire entre les femmes et les hommes est de l’ordre de 10%. La majorité des crimes sexuels sont perpétués par des hommes et la majorité des agressions sont causées par des hommes. Le patriarcat est une fabrique de porcs et le féminisme existe aussi pour que l’éducation des jeunes hommes soit pris plus au sérieux.

Les hommes ont aussi leurs problèmes

On avance souvent le fait que le taux de suicide est plus élevé chez les hommes (entre autres). Le fait est que le sexisme a aussi des effets néfastes sur les hommes qui doivent absolument être virils, forts et travailler dur. Le problème du patriarcat concerne tout le monde et ses effets négatifs ont des répercussions sur tous. Être féministe, c’est refuser que la pression sociale affecte tel ou tel genre. Être féministe c’est aussi refuser que de graves problèmes affectent nos vies selon nos sexes.

Nous avons besoin des hommes

Le féminisme est une cause qui doit toucher aussi bien les femmes que les hommes. Nos actes du quotidien peuvent influencer sur l’évolution de notre société. Nos prises de décision ne doivent pas être guidées par le genre d’une personne. Le simple fait de se poser la question si nos actions peuvent être sexiste ou pas est déjà un bond en avant. Le féminisme est une avancée sociale et l’un des enjeux de notre société actuelle. Un mouvement qui ne pourra pas grandir sans les hommes qui sont les premiers concernés par cette cause.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

15 Commentaires

  1. Parce que selon vous tous les problèmes sociétaux actuels sont causés par la pornographie ? Si vous vous intéressiez un peu plus à ce milieu, vous vous rendriez compte que bon nombre de travailleurs du sexe sont bien plus féministes que la plupart des gens. Et si les femmes qui choisissent de faire du porno par plaisir avaient le droit de faire ce qu’elles veulent sans que l’on viennent leur dire ce qui est bon pour elles ou pas ?

    C’est d’ailleurs le seul secteur où il y a le plus d’entrepreneuses et de cheffes d’entreprises. On ne peut pas en dire autant de tout le reste du marché du travail. Et si les femmes avaient le droit de faire ce qu’elles veulent de leur cul sans qu’on les juge, ça serait pas mal aussi.

  2. “C’est la faute du porno”.

    Je fais souvent le parallèle avec l’industrie du jeu vidéo. Récemment, l’enseigne Wallmart aux US a décidé d’arrêter de vendre les jeux violents parce qu’ils seraient responsables de tueries de masse. Par contre, on trouve dans leurs rayons des armes.

    La majorité des gens savent faire la différence entre un média de divertissement et ce qui se pratique dans la vie. Par ailleurs, ce sont souvent les pays où la pornographie est censurée que les violences faites aux femmes sont les plus virulentes. Comme quoi.

    Oui, il y a tout un pan de l’industrie qui propose des choses totalement sexistes et pas très glorieuses et c’est justement tout l’intérêt de ce site, pour montrer qu’il y a des alternatives.

  3. Le problème est franco-français. Le porno dans notre pays n’est pas franchement glorieux. Quand tu vois des titres comme “Les secrétaires salopes 6”, tu te dis que les mecs derrière ça ne réfléchissent pas beaucoup. C’est quand même dommage de devoir se tourner vers des prods US pour avoir des choses plus respectueuses. Ça n’est pas comme si les studios FR n’avaient pas d’argent…

    Pour en revenir au sujet de l’article, je crois que les réseaux sociaux déforment un peu les propos. Il y a pas mal de maladresses dans les tweets et c’est vite très mal interprété. On ne voit aussi que le négatif car pas mal de personnes ne donnent pas forcément leurs avis sur ces questions et sont fondamentalement féministe. C’est mon cas, je n’en parle jamais mais je lis beaucoup sur le sujet.

  4. Les prods US ne sont pas parfaites non plus. Pour moi, le vrai soucis, c’est la sur-représentation de la domination masculine qui peut, en effet, être un kink mais quand c’est systématique, c’est problématique. Pour ma part, j’ai plus tendance à me tourner vers les amateurs qui font eux-mêmes leurs vidéos. Au moins il n’y a pas de producteurs et de cadences infernales derrière la plupart de ces chaines.

    Ce que je ne pige pas bien sur le marché français, c’est cette manière de faire du porno à la chaîne alors que le marché de la VOD fonctionne de moins en moins. Il faudrait, je crois, prendre le temps de faire les choses bien et relever un peu le niveau pour donner envie de passer à la caisse. En tout cas, les dernières fois que j’ai sorti ma CB pour un truc français, c’était pour des indés.

  5. Les femmes consomment pas mal de rough sex mais ça ne veut pas dire que ça doit être fait n’importe comment. La dernière fois que j’ai vu une vidéo professionnelle française, la fille se faisait insulter et la caméra passait 10 minutes en gros plan sur une sodomie. J’ai vite zappé.

  6. En tant que mec, ça me saoul aussi ce genre de scène. Je ne vois pas bien ce que ça a d’excitant franchement. Dans l’amat’ on voit des trucs comme ça de temps en temps, c’est pas très intéressant, je trouve. C’est quand même plus cool de pouvoir observer le corps entier et les réactions sur le visage.

  7. C’est quoi ce délire de parler de féminisme sur un site porno ? N’importe quoi.

  8. Ecoute, il y a suffisamment de sites adultes sexistes, tu as l’embarras du choix. Si pour toi les égalités sociales ne sont pas importantes, je t’invite à aller voir ailleurs.

  9. Les jeunes femmes d’aujourd’hui qui vivent dans des pays démocratiques n’ont pas connues ne serait-ce qu’un dixième des injustices commises à l’égard des femmes il y a plusieurs décennies voir centaines d’années par différentes autorités (religieuse, seigneuriale, patriarcale, etc). Dès lors, mettre en avant les siècles de violences envers les femmes n’est pas pertinent selon moi, les souvenirs n’étant pas héréditaires, donc rien ne justifie une telle méfiance ou une prise de position extrême surtout à l’égard des hommes ou de la société sur ce point de vue-là.

    D’après moi, ce qui se passe aujourd’hui n’est qu’un manque de savoir-vivre, ” il ” s’est perdu depuis l’avènement des réseaux sociaux, ces mêmes réseaux sociaux qui éloignent les gens et changent les mentalités. Et c’est comme ça qu’aujourd’hui, on en arrive à des dérives des deux côtés et dans le cas de beaucoup de ” militantes féministes “, c’est même devenu un sport, capter l’audience féminine avec plusieurs histoires (même surréaliste) qui parfois ont lieu le même jour, dépeignant ainsi un climat d’insécurité permanent pour les femmes, alors que… non la vie d’une femme par exemple en France ne ressemble pas à ce qu’on peut y voir dans une vieille série moisie française avec des rebondissements tous les 5 minutes. Je connais beaucoup de femmes qui n’ont pas peur de sortir dehors, qui s’habillent comme elles veulent, en clair, qui ne sont pas dans un état d’anxiété permanent. Seulement, amplifier des expériences personnelles et en/ou faire des généralités, c’est fédérateur, dire les faits tels qu’ils sont, sans forcément imposer son propre point de vue, non. Faut que ça pique, les gens sont en quête de sensationnel.

    D’ailleurs, faut pas compter sur ” ces féministes (du dimanche) ” surtout celles sur Twitter pour comprendre, un simple échange peut prendre des proportions inimaginables. Par exemple, elles ne font que des généralités sur les hommes ou sur la société (sans jamais pouvoir définir ce qu’est réellement la société) du type ” la société impose ceci, cela aux femmes “, ” société patriarcat “, …, osez juste faire un commentaire pour avoir des précisons comme ” Mais qui impose ça aux femmes ? Est-ce l’école, est-ce les parents à leurs enfants, le mari/petit ami, les gens dans la rue, les amis, … ? “, car naïvement, vous êtes sincères, vous connaissez par exemple, beaucoup d’amies en tant qu’homme qui n’ont pas de problèmes ou du moins pas dans des proportions telles que dépeintes sur la page Twitter d’une militante. Et bim! En faite, c’était un piège, ce n’est qu’un jeu dont vous êtes le dindon de la farce, vous venez d’ouvrir la boîte de Pandore.

    Soudainement, ces militantes deviennent méprisantes au point de devenir de vraies ordurières et ça ne s’arrête pas là, non seulement elles bloquent les personnes qui ont un argumentaire intéressant/point de vue différent pour finir par retweet avec un petit commentaire maison bien malhonnête, juste pour se sentir exister le temps d’un battement d’ailes de papillon, largement suffisant pour que ses supporters dont des complices (j’insiste bien sur ce mot, en général ce sont des proches qui vont toujours soutenir la militante, qu’importe la raison, qu’elle est tort ou non) puissent renchérir derrière sur des gens qui finalement, ne demander qu’à échanger des points de vue paisiblement. En conclusion, il n’y a aucun désir d’échange et de réflexion de la part de ces personnes-là, tout ce petit monde ne sont en faite que des petits dictateurs de la pensée unique, la leur. Tant que les réseaux sociaux existeront, les choses n’évolueront pas dans la bonne direction, bien sûr, ce n’est mon avis et ça n’engage que moi.

  10. ” Celui-là ” réagis au paragraphe concernant les Féminazis, ce n’est pourtant pas bien difficile à comprendre. Bonne nuit à vous.

  11. Désolée de n’avoir pas assez souffert pour prétendre à l’égalité… Ça n’est pas étonnant que tu te fasses bloquer sur les réseaux sociaux avec un discours aussi absurde.

    Aussi, si tu avais compris ce qu’essaie de raconter cet article, tu aurais plus ou moins fermé ta gueule.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here