Editroll #34 – Juin 2020 – Le culte de la performance

S’il y a bien un sujet qui intéresse les “vrais mecs”, c’est bien celui de la performance. Que ce soit dans le quotidien, au sport, au travail et même sur le plan sexuel. Il faut être le meilleur. Profondément ancré dans la culture capitaliste, cette “performance” a des relents de rentabilité. Une valeur patriarcal qui fait que tous les hommes devraient être à la hauteur de toutes les tâches qu’on leur confie.

Femme musclée

Culture du meilleur

C’est une chose que l’on voit beaucoup sur nos lieux de travail. Les gens essaient toujours de se dépasser. La performance fait partie du quotidien de nombreuses personnes. Si dans une optique de rentabilité on peut comprendre cette course effrénée à être le meilleur, dans la vie de tous les jours, cette culture est aussi très présente. Une injonction a toujours réussir à atteindre ses objectifs. Une manière de penser qui fait de l’échec quelque chose de mal perçu. Une sorte de recherche de la perfection qui n’existe pas réellement.

Pourtant, une chose est certaine, on apprend de ses erreurs. Un Être Humain n’est pas une machine, il a ses faiblesses, des coups de mou. Devoir toujours être au top est devenu une sorte de lifestyle. Amplifié par la vision déformée de la vie par les réseaux sociaux et les entrepreneurs qui vouent un culte à ces valeurs. Les femmes n’échappent pas non plus à ce délire, il faudrait qu’elles soient des mères de famille accomplies et viser la réussite sociale.

Performance sportives dans le porn

La pornographie n’échappe pas à toutes ces injonctions. Le terme de “performer” illustre assez bien l’idée. Bien que dans ce domaine, il s’agisse d’un divertissement et que l’on est parfois à la recherche de curiosités. Il ne faut pas oublier que les tournages se déroulent sur plusieurs heures et que le montage des vidéos déforment complètement la réalité. Même si certains hommes peuvent avoir des capacités physiques un peu hors-norme dans le secteur, il est rare que tout soit filmé en une seule prise pendant une heure. Les pauses sont monnaie courante et pour cause, ça ne serait pas humainement possible d’être à ce niveau de performance constamment.

Si ce culte de la performance sexuelle ne vient pas du porn, c’est très probablement du côté de l’éducation des jeunes hommes qu’il faut se tourner. Dès le plus jeune âge, on leur apprend à se dépasser au sport ou à avoir de meilleures notes à l’école que ses camarades de classe. Inconsciemment s’installe alors cette idée qu’il faut faire mieux que les autres. Il n’est donc pas étonnant que de nombreux hommes pensent que cela doit aussi être le cas dans la chambre à coucher.

Concurrence imaginaire

Pendant des siècles, les femmes ne connaissaient qu’un seul partenaire dans leur vie. La religion a longtemps participé à cette idée qu’elles devaient rester pures avant leur mariage. Une chose qui n’était pas très vraie pour les hommes qui devaient, là aussi, être performants et avoir de nombreuses conquêtes. Aujourd’hui, elles ont, elles aussi, de nombreux partenaires et dans l’inconscient masculin, un homme se doit de faire mieux que tous les ex qu’elle a pu avoir dans sa vie. La peur d’être comparé à un autre homme qui montre une certaine fragilité du mascu.

Des idées préconçues et absurdes qui enferment de nombreux hommes dans ce culte de la performance sexuelle. Dans la pratique, croire que tenir pendant des heures serait un truc qui donnerait du plaisir à sa partenaire, c’est se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude. Être virulent pendant un long moment, c’est surtout le meilleur moyen d’irriter son sexe et celui de sa camarade de jeu. Le twist, c’est que le moyen de prendre du plaisir varie beaucoup d’une personne à l’autre. Il n’y a pas de recette miracle et encore moins de ce besoin de performance.

C’est moi qui a la plus grosse

Dans la vie d’un homme, il peut se passer beaucoup de choses. Un travail physique, de la tristesse ou une dépression passagère. Toutes ces choses qui peuvent faire que l’on ne sente pas forcément bien dans sa peau. C’est ce qui fait que l’on est Humain. Dans ces cas là, la performance n’est pas présente et c’est normal. D’autant plus qu’il n’est pas toujours nécessaire d’être à ce point au top pour prendre et donner du plaisir.

Parmi ces injonctions, on retrouve aussi tout un trip autour de la taille du phallus. Forcément, il faut faire mieux que les autres donc on se doit d’avoir une plus grosse bite que les autres hommes. Quand on sait que les femmes seraient moins de 35% à pouvoir jouir grâce à la pénétration, on se dit que cet outil peut parfois être optionnel. Rassurez-vous, si votre sexe mesure 15cm, ça sera amplement suffisant dans la plupart des cas.

Vers la culture du plaisir

J’ai toujours pensé que toutes ces choses du domaine de la concurrence entre hommes et cette culture de la performance n’était pas très saine. C’est sûrement pour cette raison que j’ai du mal à adhérer au sport ou aux jeux compétitifs en ligne. Pour moi, il ne faut pas essayer d’être le meilleur mais faire du mieux que l’on peut. Et si on n’en avait rien à foutre de ce que font les autres ? Vivre pour soi me parait être plus essentiel que d’essayer de perpétuellement épater la galerie avec ses performances supérieures.

Le sexe ne devrait pas être une course mais une belle balade débouchant sur le plaisir à deux ou plus. J’imagine que c’est aussi pour cette raison que le porno amateur plait autant. Contrairement à de nombreuses productions mainstream qui mettent sur un piédestal cette fameuse performance, les couples qui filment leurs ébats, cherchent surtout à prendre leur pied et, en fin de compte, c’est tout ce que l’on cherche dans la sexualité.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here