Editroll #40 – Décembre 2020 – Trouve-toi un vrai travail

0
2908

Hentai Heroes

Lorsque l’on est travailleur·euse du sexe que ce soit dans le domaine de la prostitution ou dans le porno, l’argument que l’on entend le plus souvent c’est celui de « trouver un vrai travail ». Dans ce petit édito de fin d’année, on va tenter de vous expliquer en quoi c’est un vrai travail et pourquoi il est essentiel.

Prostituée

La prostitution

Si l’on parle de « plus vieux métier du monde », ça n’est pas pour rien. Dans toutes les sociétés et depuis la nuit des temps, les hommes et les femmes ont toujours loué leurs services sexuels avec une contrepartie. Si pour beaucoup c’est un choix consenti, pour d’autres c’est une question de survie. En France, la prostitution est tout à fait légale à partir du moment où les revenus sont déclarés, une chose qu’une grande majorité de travailleurs·euses du sexe s’évertuent à respecter. De toute manière, on ne paie pas ses factures et son loyer en liquide, il faut donc que cet argent transite par son compte en banque. Les travailleurs·euses du sexe participent à l’économie du pays. Ce qui est illégal, en revanche, c’est le proxénétisme qui est sévèrement puni par la loi afin d’éviter l’exploitation des personnes. Si un trafic existe bel et bien, c’est loin de représenter la majorité des situations dans ce secteur.

Si le racolage a été supprimé de la loi en 2016, ce sont maintenant les clients qui peuvent être sanctionnés. L’offre est légal mais pas sa consommation. L’idée étant surtout de mettre fin à ces métiers liés au sexe pour des raisons faussement morales. Une posture relativement absurde puisque dans les faits, bon nombres de ces travailleurs·euses font ce métier par choix. Un métier qui devient de plus en plus à risque à force de répression. La pratique a évolué sur Internet où il est plus discret de trouver de potentiels clients. On parle souvent d’escorting mais il n’est jamais fait mention de relations sexuelles bien que celle-ci puissent, parfois, exister. Concrètement on tente d’interdire une chose en détournant les regards de l’exploitation de la misère. Si une personne choisit ses clients et choisit de faire ce qu’elle veut de son corps, quel est le problème ?

La sexualité fait partie des choses qui participent grandement à l’épanouissement et à la bonne santé des individus. Malheureusement, tout le monde n’y a pas accès. La prostitution permet à de nombreux·euses clients·tes de se faire un peu plaisir. Dans un contexte où tout le monde est consentant, ça n’est pas pire que de se casser le dos en usine pour un SMIC.

Webcam et pornographie

S’il y a une chose qui est assez fabuleuse, c’est cette fascination pour la pornographie. Avec l’avènement de l’Internet, bon nombre d’utilisateurs consomment régulièrement ces vidéos et ces webcams pour adultes. En prenant un peu de recul, on réalise qu’il ne s’agit là que d’un divertissement et s’il reste important de s’intéresser aux personnes dans l’écran, on peut tout à fait affirmer qu’il s’agit d’un vrai métier. Avec un marché estimé à 5 milliards de dollars, il est tout à fait légitime que des entrepreneurs·euses se lancent dans l’aventure. Il est aussi intéressant de noter que c’est un secteur très largement dominé par les femmes qui sont de plus en plus nombreuses à monter leurs entreprises et faire tourner l’économie.

Au delà du côté glamour, il y a de nombreux autres métiers qui gravitent autour de la pornographie. En effet, il faut des personnes pour tenir la caméra, monter les vidéos, les diffuser, en faire la promotion et les héberger. Mine de rien, ce sont des milliers d’emplois qui sont à la clé. Dans un contexte économique difficile qui dure depuis des années, on se dit que proposer du travail dans le porn n’est pas une si mauvaise chose. Bien que la plupart de ces postes soient rémunérés au SMIC, cela n’en reste pas moins des expériences dans l’audiovisuel. Alors que l’on a jamais autant consommé de vidéos qu’aujourd’hui, il est très important qu’il y ait de plus en plus de personnes formées et si cela doit passer par la case pornographie, pourquoi pas ?

On vous rabâche souvent de payer pour votre porno et c’est justement pour rémunérer toutes ces personnes qui travaillent beaucoup pour vous offrir les contenus dont vous raffolez. Il y a de la demande, une offre et donc de nombreux emplois. C’est marché comme les autres.

Le phénomène des « nudeuses »

Avec des plateformes comme Onlyfans, s’est récemment développé le marché des photos et vidéos de charme directement proposées par les modèles. Une excellente manière d’éviter les intermédiaires et de récupérer une grande partie des revenus (la plateforme se servant au passage). On pourrait se dire que c’est « facile » mais je vous mets au défi de lancer votre propre compte et de le rentabiliser. On ne tombe pas par hasard sur ces modèles, il y a derrière tout ça, un travail marketing qui vous permet de les trouver. Une chose qui prend énormément de temps, tout comme la mise en scène pour prendre des clichés. Une série de photos peut prendre plusieurs heures a être réalisée, on n’en a pas toujours conscience. Les journées ne faisant que 24h, il est tout à fait légitime de demander une rémunération pour ce travail. Car c’est un vrai travail.

De manière général, créer du contenu demande énormément de temps. Même les vidéos les plus « légères » sur YouTube peuvent demander des journées de travail et sans revenus, on ne peut pas les proposer aux Internautes. C’est la même chose pour la pornographie. Si les modèles n’avaient pas de rémunération, ils ne proposeraient pas leurs photos et vidéos. S’il est possible qu’il existe des personnes qui font ça pour le plaisir, il est peu probable qu’elles y passent autant de temps que les professionnels. Encore une fois, il ne faut pas oublier que tout ce petit monde font vivre des personnes autour d’elles, que ce soit un webmaster, un community manager ou la plateforme en elle-même qui embauche des centaines de gens spécialisés.

Le travail du sexe est un vrai travail

Une véritable guerre est menée au sexe dans notre société qui se voulait moderne. Montré comme problématique, la sexualité est pourtant une chose assez positive. Entrainé par le puritanisme malsain des réseaux sociaux, il est caché et montré du doigt. Un conservatisme assez triste qui refuse de voir le sexe comme une bonne chose car c’est une bonne chose. Selon moi, l’approche est très mauvaise de la part des différents gouvernements qui ont pu se succéder. On refuse l’éducation des plus jeunes préférant se cacher derrière une censure d’une pornographie qui serait à l’origine de tous les maux. Dans la pratique, on sait que les divertissements n’ont aucune influence sur les comportements. Les problèmes ne viennent pas de là.

La prostitution quant à elle est systématiquement invisibilisée. Les lois sont votées par des hommes qui ne connaissent rien de ces milieux et qui se contentent d’écouter des associations souvent liées à des organisations religieuses. Une invisibilisation qui existe aussi en ligne où ces discours sont carrément censuré au travers d’un shadowban très malsain. Très clairement, mettre les problèmes sous le tapis, c’est la pire des manière de les résoudre. Rien n’est parfait dans ces secteurs mais ça n’est pas en les muselant qu’on arrivera à les rendre plus cleans. Bien au contraire.

J’en profite pour vous souhaiter de bonnes fêtes de fin d’année et on espère que 2021 sera un peu plus propice à un quotidien plus agréable. Vous êtes nombreux·euses à nous faire remarquer que le rythme de publication s’est beaucoup ralenti ces derniers temps. Pour être tout à fait honnête avec vous, les récents changements dans loi concernant l’accès aux sites pour adultes et l’impossibilité technique de les mettre en place pour nous risque bien de compromettre l’avenir de ce site. On profite de ce temps pour réfléchir à de gros changements, tout en gardant en tête l’entreprise française qui a soutenu cet amendement pour servir ses propres intérêts, mettant encore plus en danger travailleurs·euses du sexe. Je ne vous fait pas de fausses promesses en vous disant qu’on reviendra plus fort mais en tout cas, on oubliera pas qui s’est rangé du côté des censeurs. Jamais.

Hentai Heroes

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here