Editroll #7 – Février 2018 – Quels sont les enjeux du « porno féministe » ?

Ces dernières années, on a vu émerger bon nombre de productions porno indépendantes. Aidées par la technologie comme le haut-débit et le streaming qui se démocratisent à vitesse grand V. Il n’a jamais été aussi simple de « se lancer » et c’est probablement pour cette raison que l’on a vu apparaître ce nouveau porn souvent catalogué « féministe ». De quoi parle-t-on au juste ?

We can do it !

Figure de proue de ce mouvement, Erika Lust propose sa vision de la pornographie dans laquelle les femmes ne sont pas juste des objets sexuels et où les hommes ont aussi leur place. Cette idée a fait des petits, Lucie Blush a, elle aussi, été étiquetée féministe bien qu’elle ne semble pas forcément vouloir appartenir à cette « catégorie ». On peut aussi évoquer Anoushka dont le film « Gloria » a été diffusé sur Canal+.

Il y en a d’autres, comme Ovidie, on ne pourrait pas tous les citer. De grosses productions US suivent également le mouvement, sans pour autant être taxées de féministes mais qui, dans leur démarche, offrent des contenus plus respectueux. Mine de rien, les mentalités changent mais pas seulement pour des raisons éthiques. Les femmes consommant de plus en plus de porn, il était important de toucher cette cible qui a une très mauvaise image de la pornographie qui a longtemps été pensée par et pour les hommes.

Les détracteurs diront que cette classification de « porno féministe » est juste un argument marketing. Dans la pratique c’est plutôt vrai, dans le fond ça reste très positif. Si ces contenus plus éthiques permettent de toucher une plus large clientèle, en quoi serait-ce un mal ? Si c’est bon pour le business et si la démarche permet d’aider à changer les vieux poncifs du porn, pourquoi pas ?

Les plateformes de streaming gratuit ont beaucoup aidé également, quoi qu’en pense certains. Le développement du porno amateur a aussi mis en lumière une sexualité plus réaliste à travers de petites scènes faites maison. Sans être catalogué « féministe », il l’est par essence : pas d’artifice, des couples réels et du sexe montré tel qu’il est en vrai. Cette pornographie participe à ces changements qui s’opèrent actuellement dans notre société.

Dans les mouvements féministes, il y a aussi les anti-porn dont les arguments se tiennent mais peut-on sérieusement penser à une interdiction totale du porno ? Dans la pratique, on sait désormais que ça ne serait pas une bonne chose puisque cet accès au sexe en ligne permet de réduire une certaine frustration et limite bon nombre d’agressions que l’on peut voir dans les pays où la représentation de la sexualité est prohibée. Même si cette idée fait grincer des dents, le porn participe à améliorer les comportements en société.

Si, effectivement, le porno féministe/éthique se démocratise, il aidera à valoriser des choses comme le consentement et le respect des femmes. Le premier film de Carmina, par exemple, évoque le safeword. Ce n’est pas grand chose mais dans l’idée, permet de montrer qu’il y a des limites à ne pas franchir. Un petit détail dans la forme qui change tout sur le fond.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir financièrement sur notre Patreon. Tu as également la possibilité d'acheter l'un de nos tshirts sur notre boutique. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Tu veux que l'on parle de toi ou que l'on apporte une modification à un article ? Tu peux nous contacter. Merci !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here