Eva – Episode 2

0
351

Que se passe-t-il lorsque l’objet de tous ses fantasmes vient sonner à votre porte ? Elle était là, à quelques mètres de moi. Je n’avais plus qu’à lui ouvrir pour la voir de près. Enfin. Je tremblais de culpabilité mais il fallait, en bon voisin, que je l’accueille dans le quartier.

Rousse

J’ouvrais la porte, elle était là. Face à moi, je ne savais pas quoi lui dire. Je me concentrais pour la regarder dans les yeux. Elle était venue me saluer et se présenter. Elle s’appelait Eva et voulais m’inviter à dîner ce soir. On était samedi soir et je n’avais rien prévu. J’acceptais donc son invitation et elle me donna rendez-vous chez elle dans quelques heures.

En attendant, je tournais en rond chez moi. Et si nous n’avions rien à nous dire ? Et si elle me trouvais nul ? J’étais comme un adolescent lors de sa première fois. J’étais réellement nerveux, moi qui avait l’habitude de toujours tout maîtriser dans ma vie. J’avais totalement perdu le contrôle. Il était déjà 19h et elle m’attendais chez elle. Je pris mon courage à deux mains et j’allais jusqu’à sa porte. Après un moment d’hésitation, je frappais.

Très chaleureuse, elle me mit à l’aise rapidement. Elle était drôle et semblait être très cultivée. C’est autour d’un excellent vin qu’elle me parlait de ses dernières lectures. Nous avions beaucoup de points communs et elle semblait apprécier ma compagnie. Après le repas, elle me resservit un verre et c’est dans salon que nous avons continué la discussion qui ne s’était pas arrêtée depuis que j’étais arrivé.

Elle portait une robe assez moulante qui laissait entrevoir ses bas. J’essayais de focaliser mon esprit sur la conversation mais mon regard se dirigeait furtivement sur ses jambes que j’avais très envie de toucher. Pour être tout à fait honnête, j’avais beaucoup de mal à suivre le fil tant j’étais obsédé par ce corps. Je crois qu’elle l’avait remarqué.

Il était déjà très tard et nous étions tous les deux relativement fatigués. Nous nous sommes donc dit au revoir de manière très amicale. Je rentrais chez moi et une fois dans mon lit, je l’imaginais déjà en train de se caresser seule chez elle en pensant à moi. Cette idée me rendait fou et rapidement je tenais mon sexe en érection entre mes mains. Je me résignais pourtant. Je fermais les yeux, je ne voyais qu’elle.

On était dimanche et c’est en milieu de matinée que je me réveillais. Les effets du vin se sont faits sentir à ce moment là. J’avais peut être un peu abusé hier soir. De toute façon, c’était une journée où je n’avais pas grand chose à faire. J’avais un sourir idiot sur la bouche. Ma rencontre avec Eva m’avait profondément touché. Si j’avais encore beaucoup de désire pour elle, j’imaginais déjà une belle histoire.

J’avais déjà eu beaucoup d’aventures dans ma vie mais jamais un “coup de foudre”. Je crois que c’était ça. Aurais-je pu tomber amoureux en quelques heures ? Ça n’avait pas de sens. Je passais ma journée en faisant des allers et retours de mon canapé à ma fenêtre. Que faisait-elle ? La lumière était bien allumée mais je ne la voyais pas. Elle devait être dans sa chambre. Cette simple idée me suffit à me mettre encore plein d’images dans la tête. Je repensais à ce sextoy sur sa table de nuit. Et si ?…

Il fallait que je sorte ces idées de ma tête et je me décidais à faire une sieste. Décidément, je ne tenais plus l’alcool comme dans ma jeunesse. C’est allongé sur mon canapé que je m’assoupissais laissant mes rêves prendre le pas sur la réalité. J’oubliais, le temps d’une heure, Eva qui devait être très occupée chez elle. J’avais très envie d’aller la voir mais j’avais peur. De quoi ? Je ne sais pas.

Je retournais quelques instants à ma fenêtre dans l’espoir de la voir encore. Elle était dans sa cuisine. Nue. Je n’en croyais pas mes yeux. Dans le plus simple appareil, elle vaquait à ses occupations. Cette vision me marquera pour toujours. Ce corps qui me faisait tant rêver était là, devant moi. Elle était si belle. Je voulais être près d’elle, la toucher et la sentir.

Plein de culpabilité, j’hésitais à lui envoyer un message. Nous avions échangé nos numéros en “bons voisins”. Qu’est-ce que j’aurais bien pu lui dire ? Je cherchais n’importe quelle excuse pour lui écrire. Je n’avais pas d’idée. C’est le téléphone à la main que je reçu un SMS de sa part : “Je t’ai vu !”

Mon cœur s’emballa. Est-ce que je venais de réduire à néant toutes mes chances avec Eva ? J’étais honteux. Très honteux. J’avais le sentiment d’avoir abusé de sa confiance. Je ne savais plus quoi faire. J’étais inexcusable, comment aurais-je pu rattraper le coup ? Je me cachais alors sous ma couette sur mon canapé, ne savant plus quoi faire.

Pendant de longues minutes, je m’étais fait plusieurs scénario dans ma tête et tous finissaient de la même manière : je perdais Eva pour toujours. Soudain, une nouvelle notification sur mon téléphone, c’était encore elle : “Regarde par la fenêtre.”

Curieux, je me postais une nouvelle fois à ma fenêtre. Elle était là, toujours nue, assise sur la table de sa cuisine. Elle me fit un petit signe de la main. Une invitation à la regarder. Je n’en revenais pas. Elle voulait que je l’observe et elle commença à caresser ses seins en me fixant droit dans les yeux. Je sentais une forte érection venir et mon jeans était beaucoup trop serré pour la contenir. Discrètement, je glissais ma main dans mon pantalon alors qu’Eva m’offrait le plus beau des spectacles.

Elle écarta ses jambes et commença à se masturber, son regard dans le mien. Je voulais la rejoindre quand soudain elle ferma les rideaux et m’envoya un dernier message : “Ce soir à 21h.”

Lire la suite…

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here