Facebook Dating vient foutre le bordel dans le marché de la rencontre en ligne

C’est lors de la conférence annuelle F8 que Mark Zuckerberg a annoncé l’arrivée imminente d’un service de rencontres sur Facebook. Sobrement intitulé « Dating », ce sont de nouvelles fonctionnalités qui devraient être, très prochainement, intégrées à l’application de ce réseau social. On se devait de vous en parler.

Big brother is watching you

Souvenez-vous, c’était en été 2003, MySpace débarquait sur la toile, sans réelle prétention mais deviendra en quelque mois LE phénomène sur Internet. Si à l’époque, on ne parlait pas encore de « réseau social », le fait est que les rencontres étaient au cœur de cette plateforme qui se spécialisera dans la musique quelques temps après. Un an plus tard, c’est « The Facebook » qui arrive sur la toile et séduira bon nombre d’Internautes lorsqu’il s’ouvrira au monde entier en 2006. Un événement qui signera l’arrêt de mort de MySpace.

En un peu plus de 10 ans, cette plateforme est rapidement devenue incontournable en connectant près de 2 milliards d’utilisateurs, rien que ça. Si la mission première de Facebook était de se connecter avec ses connaissances IRL, le réseau n’avait pas réellement mis en avant un moyen de rencontrer de nouvelles personnes si ce n’est à travers un algorithme de recommandation assez WTF.

Alors que plus personne ne fait confiance à Facebook depuis le Cambridge Analytica, dans le plus grand des calmes, Mark Zuckerberg a annoncé « Dating », de nouvelles fonctionnalités qui devraient permettre aux célibataires de rencontrer des gens qui leur correspondent. Il faut dire qu’avec toutes les données que peut collecter FB, il y a là potentiellement de quoi mettre en place quelque chose de très pertinent.

On ne doute pas que les équipes de développement sauront créer une interface simple et claire. On espère juste que les algorithmes seront plus intelligents que ceux qui servent à afficher le fil d’actualité totalement aléatoire. Troll mis à part, il est très probable que ce nouveau service rencontre son petit succès et puisse dépoussiérer un marché très médiocre en matière d’offre qualitative. On vous en parle assez régulièrement ici. L’action de Match Group a, d’ailleurs, pris pas mal de plomb dans l’aile au moment de l’annonce.

Dans la pratique, le problème majeur des sites et applications de rencontres, ce sont leur rentabilité et l’avarice de leurs dirigeants qui rivalisent d’ingéniosité pour soutirer de l’argent à leurs utilisateurs masculins. C’est là où Facebook peut clairement faire la différence si ce service de dating reste gratuit. En effet, en s’affranchissant du problème majeur de l’ensemble des plateformes de rencontres, le réseau de Marky Mark peut faire la différence. Le but final d’un site de rencontres étant de décrocher le FB ou le 06 d’un contact, l’idée est tout à fait pertinente, pour le coup.

Il est peu probable que Facebook tue les services de rencontres en ligne mais on peut espérer qu’il favorise l’amélioration des plateformes existantes qui devront faire face, pour la première fois, à une véritable concurrence sérieuse. L’arrivée d’un pure player sur ce secteur pourrait bien dynamiser l’ensemble des acteurs existants, en tout cas, c’est tout ce que l’on espère quand on voit dans l’état déplorable dans lequel sont les sites et les applications que l’on peut trouver de nos jours. Entre interface vieillissantes et modèles économiques abominables, Facebook pourrait bien donner un bon gros coup de pied dans cette fourmilière.

Reste à savoir quel sera le modèle économique et comment seront utilisées les données personnelles. On hésitera pas à vous en reparler.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos tshirts sur notre boutique. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Tu veux que l'on parle de toi ou que l'on apporte une modification à un article ? Tu peux nous contacter. Merci !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here