Forniphilie : parce que tu as toujours voulu être un meuble

Si le bondage connait bon nombre d’adeptes, la forniphilie est l’une de ses variantes qui consiste à objectifier un corps humain. Un pratique relativement répandue chez les amateurs de soumission ou d’humiliation. Devenir un lustre, une chaise, une table ou encore des toilettes, c’est un trip qui ne date pas d’hier.

Forniphilie

D’aussi loin que l’on puisse chercher, on trouve des références à cette pratique dès le 17è siècle notamment dans dans le roman de Sade, « Histoire de Juliette ou les Prospérités du vice » où il est question d’un salon entièrement meublé de femmes nues. Autant dire que la forniphilie n’est pas franchement nouvelle et a vu sa popularité exploser avec la pornographie moderne.

Si dans les travaux de John Willie, Jeff Gord ou encore Gilles Berquet, ce sont les femmes qui servent d’objets du quotidien, dans la pratique ce sont très souvent des hommes qui sont objectifiés. Lorsque l’on aime être dominé par sa maîtresse, il n’est pas rare qu’elle utilise l’homme comme table basse ou comme chaise.

Souvent associé à la domination par une femme, ces meubles humain se doivent d’être très obéissants et de jouer leur rôle sans bruit et sans complainte. Durant des heures, vous pouvez alors devenir une chaise sur laquelle quelqu’un va s’asseoir pour lire un livre tranquillement. Peut-être est-ce là un moyen de se sentir utile ?

Si IKEA n’a pas trop de soucis à se faire, la forniphilie a un côté pratique puisqu’il n’est plus nécessaire de perdre son temps à monter un meuble (d’ailleurs, elle sert à quoi cette dernière vis qui reste à la fin ?), il suffit de demander à votre esclave de s’adapter à vos besoins.

Human furniture

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here