Gisèle et Béatrice

Edité par Dupuis, dessiné et écrit par Feroumont, le premier tome de la bande dessinée Gisèle et Béatrice est un petit bijou érotique. Avec un style graphique vraiment sympa, l’auteur nous raconte l’histoire de Béatrice qui comme beaucoup de femmes est sous-payée et dont la patron ne cesse de lui faire des avances. Un jour, elle décide que cela doit changer et accepte finalement un rendez-vous coquin avec son boss.

Béatrice au bureau

Très agréable à la lecture, l’histoire est très surprenante puisque c’est grâce à une plante magique venant d’Afrique que Béatrice arrive à transformer son patron en femme qui se retrouve sans réel statut, sans papier et sans identité. Elle lui trouve le nom de Gisèle et va faire de lui/elle sont objet sexuel en profitant de la situation.

Rapidement elle va accéder au plus haut rang social dans sa boite et va pouvoir entretenir son esclave sexuelle qui est condamnée à rester enfermer dans son appartement où elle devient la bonne à tout faire. Un pitch de départ plutôt surprenant, le tout saupoudré un très bon humour et des scènes érotiques plutôt marrantes.

Syndrome de stockholm oblige, les deux protagonistes vont petit à petit se découvrir et voir naitre des sentiments profonds. Un retournement de situation plutôt cocasse qui vous obligera à vous attacher à Gisèle et Béatrice que je vous invite à vous procurer sans plus attendre d’autant plus que le packaging est vraiment sympa.

Un bel objet et une histoire accrocheuse, c’est un must-have pour tous les amateurs de BD érotiques.

Gisèle et Béatrice

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here