Il y a-t-il encore une place pour le format physique dans le porno ?

3
434

Depuis l’avènement du streaming, les utilisateurs abandonnent de plus en plus le format physique. Louer ou regarder gratuitement de la pornographie n’a jamais été aussi simple. Si l’avenir se tourne très clairement vers le tout dématérialisé, le fait est que le marché physique existe toujours.

Collection de DVD porno

Collectionneurs

Bien que toutes les conditions ne soient pas toutes réunies pour vendre de tels produits sur Amazon, on trouve quelques titres au format physique sur cette gigantesque place de marché. Si ça n’est pas exactement le meilleur endroit pour trouver ce genre de produits, il existe tout de même des marchands qui les proposent toujours. Alors que le haut-débit est maintenant disponible à peu près partout, ce marché existe encore car il y a des collectionneurs qui chérissent ces objets. On l’a vu avec le succès de Rayon X et de Les Films De Culte. Le vrai problème que pose la dématérialisation, c’est la sauvegarde du patrimoine et ces collectionneurs s’improvisent un peu comme des archivistes des temps modernes. L’achat de médias physiques fait encore sens pour cette raison. Dans les années 70, le porno proposait de “vrais” films et offraient un certain intérêt. Aujourd’hui, c’est devenu un produit numérique de consommation courant. On ne va pas se mentir, rares sont les studios qui auraient intérêt à proposer du DVD ou du Bluray.

Les DVD porno se vendent encore

Ayant fait le tour de quelques boutiques (dans le monde réel), force est de constater que les DVD et Bluray adultes sont toujours sur les étalages. Bien entendu, les vendeurs ne font pas forcément la même veille que sur le cinéma traditionnel mais dans la pratique, on trouve toujours des titres qui, à priori, se vendent bien. Idem dans les boutiques d’occasion où il n’est pas rare de trouver un petit rayon qui contient souvent quelques petites pépites. Faisant partie de ces personnes qui achètent encore leurs films au format physique, je dois bien avouer que ce secteur est un peu tristounet du côté de l’adulte. S’il ne fait aucun doute qu’un Bluray des films d’Erika Lust, par exemple, serait tout à fait pertinent, les “Secrétaires Salope vol. 27” et autres joyeusetés du genre ne m’attirent pas du tout. Je pense sincèrement qu’il y a de la place sur le marché du physique pour les vidéos qui présentent un certain intérêt artistique. Bien que je ne sois pas très client, selon moi, un DVD d’un film de Dorcel a du sens. Typiquement ici, on parle d’un film et c’est ce qui fait la différence avec le marché du gonzo en ligne. Le studio français l’a bien compris et propose souvent ses dernières productions au format physique sur son store. A ma connaissance, c’est l’une des rares marques à proposer des bonus sur leurs DVD.

Un bel objet ?

Si je vous parlais, en introduction, de Rayon X et de Les Films De Culte, ça n’était pas anodin. En effet, dans ce cas bien précis, on parle d’un bel objet qui propose plus qu’un simple pressage d’une vidéo quelconque sur DVD. A ma connaissance, il n’existe pas de Bluray dans lesquels on pourrait trouver des bonus en plus du film ou qui offrent quelques goodies dans un coffret. Pour moi, c’est l’une des raisons pour lesquelles je n’achète que très peu de films adultes que je range dans ma bibliothèque. Un objet de collection se doit d’apporter quelque chose de plus, selon moi. Si j’aime tant le Bluray, c’est pour sa richesse en terme de contenus. Il n’est pas rare d’y trouver un making of, le commentaire du réalisateur, des interviews et j’en passe. Le format physique a fortement été abandonné par l’industrie parce qu’ils étaient de moins en moins rentables. Le fait est qu’ils se vendent moins parce qu’ils n’apportent rien par rapport à ce que l’on peut trouver sur les plateformes de streaming et de VOD. On parle ici de DVD avec une jaquette réalisée vite fait sur Photoshop et un boitier en plastique cheap. En terme de contenus, il est même rare de trouver un chapitrage. Pas étonnant, donc, que moins en moins de personnes s’intéressent à ce format. Pourtant, il existe bel et bien une demande.

Le goodie comme moyen de financement

S’il y a bien un problème majeur pour les projets un tant soit peu ambitieux, c’est l’argent. Le financement participatif peut être une solution (bien qu’il y a toujours des problèmes de censure), les contreparties sont vraiment des choses qui incitent les Internautes à mettre la main au portefeuille. Une édition physique d’un film peut tout à fait faire partie de ces cadeaux offerts aux plus généreux donateurs. Le dématérialisé n’a pas encore complètement mis fin aux DVD et Bluray et on aurait tord de bouder ce format qui peut tout à fait être pertinent dès l’instant où l’on parle de choses qualitatives. S’il ne fait aucun doute que dans les prochaines années, je ne tiendrai probablement pas le même discours, aujourd’hui encore, le physique peut être une source de revenus.

100% dématérialisé

Il ne faut pas se faire trop d’illusions. Les DVD et Bluray finiront par ne plus exister. Le format a encore de l’intérêt avec la 4K qui arrive doucement un peu partout. Le streaming très haute résolution peut être problématique dans de nombreux endroits. Selon moi, il faudra encore une ou deux décennies avant que le dématérialisé devienne 100% du marché. Alors que l’on voit un retour de la cassette sur le marché de la musique, on se dit qu’il y a tout de même un sentiment très Humain à posséder ces objets. On voit aussi des pochette au format vinyle qui ne contiennent qu’un code de téléchargement. Je crois que le fait d’être totalement dépossédé des choses que l’on aime fait encore un peu peur. Difficile de dire s’il subsistera encore un format physique dans 50 ans mais en attendant, les collectionneurs s’arrachent toujours les plus beaux objets.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

3 Commentaires

  1. Je pense que beaucoup de studios ne veulent plus s’embêter avec la logistique surtout. Ceci-dit, je suis assez d’accord sur le fait que les DVD porno sont tout simplement nuls. Je ne savais pas que Dorcel en faisait encore. Je vais aller en commander un pour voir.

  2. Je suis collectionneur aussi et c’est une vraie misère pour trouver des films porno cultes. Sur eBay il y a quelques produits et des affichent mais ça reste vraiment la galère.

  3. J’imagine que c’est pour ça que les initiatives de Claude Gaillard et de Guillaume Le Disez rencontrent un vrai succès à chaque fois. On trouve encore quelques titres ici et là de rééditions de films des années 70 mais ça reste un truc très niché.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here