Il y a-t-il une vie après le porn ?

Internet, ce merveilleux outil qui a permis aux Hommes de s’exprimer librement mais qui a aussi ouvert le robinet du porno si difficile d’accès avant. En fait, il n’a jamais été compliqué de se procurer du porno, on en avait juste honte. Comme si le sexe était une maladie honteuse, comme si le plaisir était un danger…

Des gens regardent du porno dans le métro

Une simple recherche d’actualités pour s’en convaincre, la pornographie, c’est le mal absolu. La presse en a même fait un fond de commerce, un moyen simple d’augmenter son taux de clics en montrant le côté sombre des choses alors que dans les faits, c’est un peu moins putaclic. Imaginer un magazine adulte apparaitre dans Google News, ce n’est même pas la peine d’y penser. Pourquoi les gens voudraient-ils des informations pertinentes publiées par des personnes concernées et plus au fait de la réalité ? Non, le puritanisme des GAFAM préfèrent se concentrer sur les médias “sérieux” et de “confiance”.

Lorsque le sujet est évoqué sur Facebook, on a le sentiment que tous les beaufs de France sortent de leur grotte pour donner leur opinion le sexe. Les femmes sont alors toutes des salopes et les hommes des pervers. Des raccourcis colportés par une éducation entachée de catholicisme toujours présent dans notre culture, de manière directe ou indirecte. On ne s’en rend pas toujours compte mais le tabou du sexe tient ses origines d’une époque où la religion dictait les comportements des gens et avait défini ce qui était bien ou mal. Depuis, la science a fait des progrès mais les idées sont restées.

Comme si la populace était incapable de penser par elle-même et se contentait de répéter ce qu’elle avait entendu des générations précédentes. On rappellera tout de même qu’à une époque pas si lointaine, on pensais que la masturbation rendait sourd. Aujourd’hui, on sait quels sont ses apports bénéfiques à la santé, la masturbation est même recommandée afin d’éviter le cancer de la prostate, par exemple.

“L’événement” de la semaine, c’est le YouTubeur Usul qui a dévoilé au grand public sa participation à de la webcam X avec la très belle OllyPlum. Alors que certains rageux se frottaient déjà les mains et se préparaient à balancer un “scoop” au monde entier, le fait d’assumer pleinement leur sexualité, leur a coupé l’herbe sous le pied.


(Extrait d’un live Twitch d’Usul)

Si ma première réaction a été “meh”. Les Internautes réagissent vivement et réalisent soudain que les “personnalités” web ont aussi une vie sexuelle. Et oui… Il se trouve que ce sont aussi des Êtres Humains avec des envies. Si l’actualité en question ne me fait ni chaud ni froid, ce sont surtout les réactions des gens qui m’ont fait bondir. Comme si faire du porno remettait en question le talent ou les compétences. Le jour où tout le monde en aura plus rien à foutre, notre société aura bien évoluée.

Le problème ici, ça n’est pas le porno mais la réaction excessive d’une tranche de la population frustrée et arriérée. Bien souvent, dans la vie d’un acteur ou d’une actrice, la pornographie est un passage et se pose ensuite la question de la reconversion. Malheureusement, un tel passif ferme souvent des portes alors que dans les faits ces gens sont tout aussi capables de travailler dans bien des domaines comme n’importe qui. Avoir une sexualité ne rend pas impotent. Que ça plaise ou non, de nombreuses camgirls s’épanouissent grâce à cette activité. Finalement, le seul frein à cet épanouissement ce sont les réactions de beaufs qui n’ont toujours pas compris que le sexe n’était pas un problème.

Après 9 ans de bons et loyaux services sur ce site, je me dis que mon travail a du sens et qu’il reste encore beaucoup de travail d’éducation à faire. Et rien que pour ça, je suis très fier de ce que j’ai accompli et cela me donne encore plus envie de publier des choses qui pourraient “déranger” les plus coincés.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

2 Commentaires

  1. Oh que oui ton travail (dsl je tutoie c’est le coté porno sans doute) a du sens !
    Les GAFAM gogol en tête vont même plus loin que le simple blacklistage puisqu’on ne peut faire aucune campagne de promotion du moment que la sexualité est incluse de manière non homéopathique.
    L’éducation sexuelle selon les GAFAM, l’éducation nationale et … en gros 90% des médias doit se limiter à une évocation ou aux IST … sympa comme vision
    La morale sur le sexe n’ést d’ailleurs pas l’apanage de la seule sainte église catholique et apostolique de Rome mais existe dans toutes les religions (y compris les polythéistes) dIEU a dit (des conneries comme Marguerite Duras) “Croissez et multipliez vous, soumettez la Terre et les cieux” – la genèse …
    D’ou les sanctions de tous les rapports non procréatifs : onanisme, sodomie, fellation …

    Pour ce qui est des rageux …
    perso je ne me cache pas d’être camgirl j’ai quand même mis au point une petite astuces. Je me présente comme animatrice webcam (là les gens ne comprennent pas en général) , comédienne (ce que je suis aussi) le lien ce tisse et petit à petit je parle de sexualité, de sextoys, ouvertement et sans tabou, ça arrive en général très vite dans une conversation, on me repose alors la question sur ce que je fais … j’explicite et là ça passe crème, peut être des petits sourires style “et ben on dirait pas” ou des “saperlipopettes” mais en 5 ans je n’ai aucune, même de la part d’asso ou de gens “prude”, réactions du types “t’es qu’une grosse pute je te parle plus”
    Au contraire ça devient très très drôle d’aller à un atelier de danse et d’avoir le prof ou une personne du groupe qui te demande un conseil sextoy ou un conseil sexualité …

    Continue, continuons osons nous afficher, nous montrer, simplement sans rien revendiquer juste en existant. C’est peut être pas facile tous les jours mais c’est, je crois, le quotidien qui feras changer leur con-tidien
    Gros bisous

  2. J’évoquais le catholicisme essentiellement parce que la culture française s’est basée là dessus et que la plupart des tabous viennent de là. Après je n’ai rien contre les croyants, juste contre ceux qui n’ont pas su évoluer.

    Dès que j’évoque le fait que je m’occupe d’un site porno, les regards changent souvent. Il y a tellement de stéréotypes, ça en devient pénible (faut bien avouer que le porno mainstream chez nous, n’aide pas vraiment).

    Pour ma part, j’adore ne pas prendre de gants. Ha ! Ha !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here