Interview de PépiteCrapule : le french porn amateur

C’est comme ça. Le porno amateur c’est vachement bien, il faut se faire une raison et quand je suis tombé sur les lyonnais que sont PépiteCrapule, je me suis dit que ce serait bien de vous en parler. Ils viennent tout juste de lancer leur chaîne PornHub, l’occasion était belle pour leur poser quelques questions sur leur porn. N’hésitez pas, non plus, à aller tabasser le bouton follow de leur compte Twitter parce qu’ils le méritent.

PépiteCrapule

– Salut ! On ne vous connait pas encore beaucoup, pouvez-vous présenter ?
– PépiteCrapule : Salut ! Nous c’est PépiteCrapule, Un couple de jeunes trentenaires lyonnais, amoureux et inséparables, on débute dans le porngame français depuis peu. On s’aime tellement qu’on a décidé de partager notre vie sexuelle et amoureuse en vidéo sur les internets !

Vous avez publié votre première vidéo il y a peu, ça fait longtemps que vous en aviez envie ?
– Pépite : En réalité on a fait de la cam et puis on a commencé à vouloir faire des vidéos, ça nous plaît de pouvoir maîtriser le support. On aime le fait de partager notre intimité en faire quelque chose de joli et qui nous correspond, même si la vidéo est travaillée, elle reflète assez bien qui on est.

– Crapule : On a toujours eu envie de se montrer, un peu exhib’, peut être un petit peu narcissique aussi. Amoureux du corps de Pépite, de nos étreintes, de notre sensualité, j’ai collectionné nombres de photos et vidéos de notre couple. De cette première collection est né un désir commun de partager notre amour et l’amour de nos corps. Puis l’idée de les mettre en ligne s’est vite imposée à nous, en quelques clics nous étions inscrit sur PornHub !

– J’imagine que ça n’est pas simple de s’afficher publiquement, qu’est-ce qui vous a décidé à franchir le cap ?
– Pépite : Pour ma part en premier je dirai que c’est avant tout pour nous, parce que ça nous excite de nous filmer et puis qu’on nous regarde, un certain côté voyeurisme que j’aime. La question d’afficher nos visages publiquement ne s’est pas posée longtemps. Après tout j’assume et quelque part l’envie de montrer aussi que je suis épanouie dans ma vie de couple, dans le sexe, qu’il n’y a rien de choquant, ça désacralise le porno. Le porno pour moi c’est du plaisir de la légèreté de la liberté d’être qui on est vraiment sans crainte sans jugement. Après j’ai forcément mes conditions, mes envies c’est propre à chacun de faire ce qui lui plaît et de s’y sentir bien.

– Crapule : Pas simple… C’est un vrai parti pris que de s’afficher publiquement. Mais on a décidé de faire le porn que l’on aime, pour nous. Et personnellement j’ai besoin de voir le visage de qui me fera jouir ! Quel goût aurait le sexe sans le regard passionné, la joue rougie par l’excitation, la lèvre frémissante de désir du partenaire ? Sans doute que l’expérience de la cam nous a permis de s’affranchir de l’anonymat. Le choix du support vidéo y est aussi pour quelque chose, on se considère plus libre dans nos productions en terme de réalisation, montage, pratiques, etc. On cherche vraiment à créer quelque chose de beau, s’approcher d’une certaine forme d’art, qui afficherait l’amour et le désir qu’on se porte mutuellement. Pas seulement une performance et c’est sans doute comme ça aussi qu’on protégera notre image même à visage découvert. Et puis oui, je l’affiche haut et fort, j’aime ma Pépite !

– Comme beaucoup, vous avez choisi le programme amateur de PornHub. Qu’est-ce qui vous a attiré sur cette plateforme ?
– Pépite : On a choisi PornHub parce que ça nous paraissait la solution la plus facile, la plus accessible et la plus connue…

– Crapule : C’est le YouTube du porn tout simplement ! De part la multitude de contenus différents proposés, tout comme le matraquage publicitaire affiché, le choix pour des novices comme nous a été simple… PornHub nous offre la possibilité de créer et uploader le porn que l’on aime mais aussi d’avoir une visibilité et un retour direct avec le public. C’est plutôt intéressant quand on se lance dans le bain ! Ce programme est bien pour les débutants voulant se lancer sans se prendre la tête. Je pense que ça peut être aussi un tremplin permettant à certains de se démarquer, d’y faire leur place et de proposer du contenu de meilleure qualité que les pros.

– Ce programme a beaucoup de succès, pensez-vous que c’est l’avenir de la pornographie ?
– Pépite : Comme je le disais plus haut, je trouve que ça désacralise le porno. C’est un peu plus la vraie vie, une marque de sincérité quelque part. L’avenir c’est un grand mot, nul ne peut le prédire. En tout cas je préfère regarder des vidéos amateurs, parfois, que celle de grandes pornstars, en plus d’être excitantes, on se sent plus proche des acteurs. Et puis peut être que ça fait ouvrir certains esprits encore un peu prudes à se dire que le sexe c’est la vie, c’est naturel et beau, c’est fou intense et on nous interdira jamais de le faire ça au moins ! Après libre à chacun de le regarder ou non. Je suis assez ouverte pour comprendre les gens qui n’en regarde pas, parce que sans doute il ne s’y reconnaissent pas. J’espère que ça ouvrira quelques porte et que ça abattra quelques préjugés.

– Crapule : Sans rentrer dans le débat, je pense que l’avenir du porn se fera forcément avec les amateurs, c’est un critère à prendre en compte voilà tout. Les fappeurs aiment voir des vrais couples baiser et les amateurs aiment se montrer c’est un fait. PornHub a vu le filon et en a profité dès le début, les amateurs se sont alors exhibés plus facilement et de toutes les manières possibles. Maintenant je dirai pas que ce programme est l’avenir… Le porn amateur a encore de beaux jours devant lui et on est pas à l’abri de voir une nouvelle plateforme, une nouvelle façon de consommer le porn, une nouvelle façon de le contrôler aussi, qui permettrait peut-être d’apporter de nouveaux codes et règles à cet univers (en espérant dans la bonne direction).

Les jolies fesses de Pépite

– On vous découvre tout juste, quels sont les choses que vous aimeriez faire (en terme de pratiques sexuelles et/ou de réalisation) ?
– Pépite : On a plein d’idée de scénarios, ça nous excite même de les imaginer. J’aimerais, par exemple, une vidéo de nous où il m’attache entièrement, peut être aussi des vidéo avec des sextoys avec lesquels je m’amuse. Après en terme de réalisation j’avoue que si je devais tourner avec une production, j’aimerais une réalisation très artistique, un peu comme les vidéos signées par FourChambers. J’aime l’idée d’allier le sexe et l’art.

– Crapule : J’aimerai, personnellement, prendre du level en terme de réalisation, pas seulement en terme de porn car je suis ouvert à toute forme d’art visuel mais sans doute que le porn m’apprendra aussi des astuces. Les idées fusent, j’ai déjà plein de plans et scénarios en tête pour nos prochaines vidéos ! Ensuite c’est vrai qu’on aimerait passer sous l’objectif d’un vidéaste expert, se découvrir sous un autre angle, avoir une vision différente de mon couple, bref apprendre ! Mais chaque chose en son temps, on a tellement à faire déjà seuls. En terme de pratiques, on filme notre vie sexuelle telle qu’elle est, on est pas des acteurs, donc vous verrez toutes les pratiques d’un couple de trentenaires coquins.

– Il y a-t-il des choses que vous vous interdisez ?
– Pépite : Alors déjà on a fait le choix de ne pas faire de gros plan en vidéo, d’un commun accord ça n’est pas ce qu’on aime dans le porn, on préfère l’intensité à la performance et de loin. Je pense que c’est ça notre créneau la sensation, le ressenti, l’émotion, celle qui te fait un petit déclic dans le cerveau. Comme quand tu as un orgasme ! Après on s’interdit pas grand chose je crois tant qu’on vit à fond ce qu’on fait, y’a quand même quelques pratiques en off qui n’apparaîtront pas en caméra, mais on vous dira pas lesquelles, on laisse libre à vos imaginations lubriques.

– Crapule : Bien sur ! On oublie pas qu’on s’affiche publiquement et à visage découvert. Le fait de publier sur PornHub, implique une certaine responsabilité pour moi mais surtout un fort besoin de protéger mon couple et notre image. C’est un jeu, on s’amuse beaucoup, mais je suis conscient du risque. Pas d’interdictions strictes mais encore une fois une volonté de faire ce que l’on aime et pas forcément ce qui fait cliquer. On sait très bien les gros plans de pénétrations plaisent aux fappeurs, mais c’est pas ce qu’il nous plaît, donc on prend le risque de ne pas en montrer. Autrement il y a des pratiques que vous verrez jamais dans nos vidéos c’est clair ! Comme dit avant, on est plutôt coquins et même s’il peut être tentant d’aller toujours plus loin, on dira que certaines pratiques et certaines situations qui resteront dans ma collection privée !

– Vous rencontrez déjà un petit succès, avez-vous déjà des premiers retours ?
– Pépite : Ho ça commence à peine pour nous mais déjà beaucoup de compliments, d’encouragements, de soutiens d’abonnés et de la communauté. Ça fait du bien ! C’est un milieu respectueux et bienveillant en général, je trouve ça génial. Et puis de voir que certain aime ce qu’on veut faire passer c’est une satisfaction, c’est excitant.

– Crapule : C’est clair les premiers retours sont encourageants! Ça flatte l’ego forcément et ça donne envie de continuer dans cette voie. Quelques messages ou situations désagréables, on commence à découvrir l’envers du décors… Au delà de ça, notre démarche est beaucoup plus amoureuse et artistique que business et argent, les commentaires sur notre univers et notre patte sont les plus gratifiants. La communauté du porn français a été accueillante et chaleureuse, la bienveillance est de mise et c’est rassurant de pouvoir évoluer dans ces conditions.

– J’imagine que vous consommez du porno, il y a-t-il des choses que vous pourriez conseiller à nos lecteurs ?
– Pépite : Regardez ce qu’il vous plaît, faites vous du bien seul ou à plusieurs ! Chacun aime ce qu’il veut dans le porno, moi j’aime les beaux trios, par exemple. Après je vous conseille de regarder de beaux amateurs comme Leolulu, Anna Furiosa, BeauteFaciale du côté des français ou Danika Mori, AprilEighteen du côté des étrangers, tous leurs contenus sont fous !

– Crapule : Y’a de très belles choses du côté des amateurs quand on recherche bien et du côté des français encore plus ! La multitude de porn amateur rend le choix parfois difficile mais on en revient au digger qui trouve la pépite et la fait partager ensuite à la communauté. Un peu comme Le Bon Fap ! Du côté des semi-pros, j’aime bien ce que fait la plateforme Lustery, je pense qu’on pourrait être intéressés par ce genre de solution dans l’avenir. De manière générale, je suis attiré par l’alt-porn, les prods d’Erika Lust, de Vex Ashley, de Lucie Blush ou encore du collectif Verso Cinema sont pour moi les formes de pornographie les plus abouties à ce jour.

– Vous avez des idées ou des projets pour l’avenir ?
– Pépite : Vivre au soleil, libre et nue, boire du rhum et danser avec des fleurs dans les cheveux auprès de mon amoureux, continuer de nous aimer comme des fous. Ou peut être devenir une vraie business woman à New-York, avoir un appart avec vue sur Central Park et y boire un café chaud sous la couette. Franchement je m’interdis rien je suis capable de tout. Pour l’avenir proche, kiffer ma vie Lyonnaise, j’adore cette ville !

– Crapule : Continuer à kiffer ma vie et à prendre du plaisir et à donner du plaisir à ma chérie, en toute simplicité et sans calcul particulier. On a pas de plan de carrière (dans le porno), on évolue à notre rythme et à notre image sans travestir notre réalité. On compte en prendre soin cette image, la travailler aussi, on aime provoquer le désir mais selon nos règles. Après on reste ouvert et à l’écoute de toutes propositions ou éventualités, les rencontres et les échanges humains sont des choses qu’on recherche dans la vie. Qui sait de quoi sera fait la suite?

– Quelque chose à rajouter ?
– Pépite : Merci à la communauté, ceux exposés comme ceux en off qui permettent au porno Français de vivre encore de belles années.

– Crapule : Continuez de suivre les amateurs, restez ouverts et réfléchissez par vous même. Merci à BuzzPorn! et longue vie au porn français !

Pour finir en beauté cette interview, je vous laisse avec cette scène dans laquelle Pépite aura bien du mal du mal à terminer le niveau de son jeu vidéo. Il est comme ça Crapule quand il a quelque chose en tête, difficile de lui dire non.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir financièrement sur notre Patreon. Tu as également la possibilité d'acheter l'un de nos tshirts sur notre boutique. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here