Korn : Le groupe qui a marqué l’histoire du metal

Reginald « Fieldy » Arvizu, Ray Luzier, Jonathan Davis, James « Munky » Shaffer, et Brian « Head » Welch ont été, durant le milieu des années 90, le fer de lance d’une nouvelle scène qui émergeait, celle du neo metal. Relayée par une MTV qui était une chaîne intéressante, à l’époque. Aujourd’hui, il ne reste plus grand chose de ce mouvement, Korn, quant à lui, a su s’adapter aux époques et à son public.

Korn

S’il y a bien un truc qui énerve les puristes du metal, ce sont les groupes populaires et Korn a rapidement gravit l’échelle du succès, entraînant avec lui une masse de gens assez incroyable qui découvraient alors et à travers leur son si particulier, un genre assez méconnu du grand public. Chez nous, les Pleymo et leur Team Nowhere avait, eux aussi, réussi ce pari fou et en français dans le texte (à leur niveau).

Que l’on aime ou pas ce groupe, le fait est qu’ils ont participé à l’émergence d’un style musical qui n’était, à cette période, réservé qu’à une niche d’initiés et dont la culture était assez peu relayée dans les médias si ce n’est via quelques magazines spécialisés comme Rocksound et de rares chaines musicales. Leur premier album éponyme passera relativement inaperçu mais tapera tout de même dans les oreilles de quelques spécialistes qui verront là, quelque chose d’assez nouveau. C’était original et on retiendra l’incroyable morceau « Daddy » dans lequel le chanteur pète littéralement un câble.

Avec le titre « Twist » qui ouvre l’album « Life Is Peachy », le ton est tout de suite donné. C’est bourrin et complètement barré. Le son unique de Korn se révèle réellement sur cet opus, selon moi. Rapidement, il se vendra comme des petits pains, le groupe se fera rapidement un nom mais c’est deux ans plus tard avec « Follow the Leader » que la formation arrivera au sommet de sa gloire alors que la scène neo metal était à son apogée. Un titre bien trouvé puisque de nombreux autres groupes avait suivit le chemin tracé par Jonathan Davis et ses potes. Un son bien lourd teinté d’infra-basses, voilà ce qu’a apporté Korn et aujourd’hui encore, c’est une recette qui fonctionne.

Alors que l’on déambule, maintenant, au Hellfest dans l’espoir de s’afficher et de faire quelques clichés pour alimenter son compte Instagram pour paraitre cool. Entre le milieu et des années 90 et le début des années 2000, le metal commençait tout juste à devenir mainstream. Faisant suite à la mode du grunge avec un public qui grandissait et désireux de choses plus vénères. Finalement, le neo metal est arrivé pile au moment où les kids voulait ce genre de son. Les plus négatifs diront que ce sont des études marketing qui ont rendu ça possible mais tout bon businessman sait que ça n’est pas dans le metal qu’il fallait aller pour faire de l’argent.

Parce que Korn, c’est aussi ça, le début du rock business, avec ses sponsors et des placements produits. Un truc très éloigné de ce qu’était la scène metal originel. Depuis toujours, on a aimé dire du mal de ce groupe mais lorsque l’on y regarde de plus près, ils ont réellement apporté à la musique et ont toujours dérangé. En fin de compte, c’est tout ce que l’on peut attendre d’un groupe, aussi populaire qu’il soit.

Jusqu’à récemment, le groupe a tenté des choses notamment lors de leur collaboration avec des artistes dubstep sur l’album « The Path of Totality », Skrillex en tête. Encore une fois, les puristes ont hurlé au scandale mais le groupe a osé aller là où personne ne voulait aller et désormais, il n’est pas rare d’entendre ce genre de sonorités dans le metalcore (post neo metal ?).

Quoi qu’il en soit et que ça plaise ou non, les membres qui composent Korn sont tous très talentueux. Il y a deux options, soit on se dit que c’est de la musique commerciale de merde, soit on dira d’eux dans 20 ans qu’ils étaient visionnaires. Pour ma part, il parait évident qu’il laisseront une marque indélébile dans l’histoire du metal.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir financièrement sur notre Patreon. Tu as également la possibilité d'acheter l'un de nos tshirts sur notre boutique. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Tu veux que l'on parle de toi ou que l'on apporte une modification à un article ? Tu peux nous contacter. Merci !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here