La compilation : le nouvel eldorado du marketing porno

Si vous traînez sur les tubes (et on sait que vous le faites), vous avez sûrement déjà remarqué ces compilations qui fleurissent un peu partout. Si, la plupart du temps, ces montages piochent dans les différents teasers disponibles sur les sites de streaming, le concept semble faire des émules et commencent à devenir une sorte d’outil publicitaire pour les studios mais aussi pour les amateurs qui s’y mettent également.

Magnétoscope

Souvent mis en ligne par des utilisateurs qui veulent partager avec la communauté leurs moments préférés dans le porn. Des studios comme Racy Angel ou Teamskeet (pour ne citer qu’eux) ont bien senti la vague et n’ont pas hésité à se servir du piratage comme outil de promotion. S’il est très difficile de lutter contre les contenus volés, il est intéressant de voir comment cet aspect négatif inhérent à la création sur Internet devenir un porte étendard de marque.

L’idée est de doubler les pirates en proposant soi-même des compilations qui seront copiées à la chaîne. Affichant fièrement l’URL ou le nom du studio en watermark. C’est plutôt intelligent car ce sont les utilisateurs qui deviennent alors les VRP des marques. C’est une manière plutôt intéressante de se servir ce qui au départ peut porter préjudice.

Un détournement des pratiques qui vient renforcer la présence de certaines marques alors que les compilations ont toujours été très populaire. Le fait est qu’il y a toujours eu une vraie demande pour ce genre de contenus.

Le marché a changé, c’est un fait. Une évolution logique qui va dans le sens du streaming gratuit dont le but est d’amener à une offre premium plus complète. Si les comptes ne sont pas encore tout à fait à l’équilibre, on sait maintenant que le business a tendance à se stabiliser avec le temps. On l’a vu avec le cinéma (Netflix) et la musique (Spotify / Deezer) qui aujourd’hui ont atteint des revenus qui rattrapent ceux de la période pré-Internet.

Ces fameuses compilations permettent de faire découvrir ce qu’un studio est capable d’offrir et il ne fait aucun doute que ce matraquage fini par attirer les curieux vers ces marques qui ont apprécié ces contenus. Dans la pratique, le système est un peu incontrôlable mais se servir ainsi de la visibilité que peuvent offrir les tubes est probablement la meilleure chose à faire.

Beaucoup d’anciens studios sont encore frileux à l’idée d’utiliser un PornHub comme plateforme de promotion mais dans les fait, on sait que ce sera la seule issue possible (avec cette plateforme ou une autre). Typiquement sur YouTube, les trailers de films font des millions de vues, déplacer l’idée dans le porno n’est pas totalement farfelue. Certains l’ont bien compris et profitent désormais de la machine en marche.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here