La fin des gonzesses à poil dans Playboy sur fond de puritanisme et de crise

PlayboyFondé à Chicago en 1953 par Hugh Hefner, le magazine Playboy a longtemps été le symbole d’une certaine liberté individuelle et sexuelle. Il faut dire que dans les années 50, la pornographie et l’érotisme n’avaient pas la place qu’ils ont aujourd’hui dans notre société. Alors que l’on pourrait croire notre monde plus ouvert à la nudité et au sexe, la marque mythique change totalement de stratégie et vient de décider de mettre fin aux femmes dénudées dans ses colones alors que c’était clairement le fer de lance de Playboy. Un choix qui a étonné toute la sphère journalistique et les fans de la première heure du magazine. Coup de massue.

« Les temps ont changé. »

La première raison invoquée est que le sexe gratuit est présent partout sur Internet et que le modèle payant peine à se frayer un chemin dans le paysage pornographique. Malgré son image très forte et sa puissance économique, Playboy jette l’éponge et veut se concentrer sur des choses un peu plus grand public. Voilà le genre de nouvelles qui ne va pas rassurer les professionnels de cette industrie car si même les plus grands abandonnent ont peut vraiment s’interroger sur l’avenir du porn.

Malgré une campagne Free The Nipple, la seconde raison invoquée est l’omniprésence des réseaux sociaux américains qui refusent toujours la nudité et encore plus la pornographie. Voilà où l’on en est rendu. Le puritanisme a pris le pas sur la liberté de publication car c’est bien là tout le fond de ce sujet. La peur de la censure, c’est probablement ce qui aura guidé Playboy à mettre toutes ses sublimes playmates à la porte afin de maintenir son niveau d’influence sur les réseaux.

Putain c’est moche.

Kate Moss

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop ou nous offrir un petit cadeau. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here