La masturbation dans le couple

Ton mec est au travail et tu as envie de passer un bon petit moment en solo ? Comme le dit le vieil adage : il n’y a pas de mal à se faire du bien. Si la masturbation est une chose assez personnelle, le récent confinement a mis le sujet sur la table pour de nombreux couples, obligés de vivre ensemble 24h/24.

Masturbation féminine

Des envies qui ne se programment pas

Le truc avec le sexe, c’est que l’on peut difficilement préparer un planning. Les envies vont et viennent, difficile de savoir à l’avance quand on voudra se masturber. Bien que dans le couple on partage énormément de choses intimes, la masturbation reste l’un des seuls refuges personnels. Parfois on n’a juste pas envie que l’autre soit avec nous, c’est comme ça. Certaines pulsions ne se commandent pas. Vous allez sûrement me dire que l’on rabâche mais le vrai secret est et restera toujours la communication. Vivre à deux c’est accepter les qualités, les défauts et les envies de l’autre.

On avait évoqué le sujet dans un autre article mais ce manque de communication sur ce sujet peut aller jusqu’à déchirer les couples où des personnes se sentent coupables d’avoir des envies masturbatoires. Croyez-le ou non, c’est tout à fait naturel de vouloir des moments pour soi. L’Humain est un animal social mais qui a besoin de moment en solo pour se ressourcer et se retrouver avec lui-même. La masturbation peut tout à fait être l’un de ses moments et est même bénéfique pour la santé, alors pourquoi s’en priver ?

Je vais me branler, je reviens dans 20 minutes

En sondant rapidement les couples autour de moi, j’ai réalisé à quel point cette question pouvait être taboue. Chose assez étonnante puisque ces couples ont des relations sexuelles et se connaissent pourtant bien. Et si on se mettait d’accord sur le fait que la masturbation fait partie de la sexualité ? Il est tout à fait possible d’être pleinement épanouie sexuellement avec son.sa partenaire et avoir envie de se masturber de temps à autre. Croire que l’on arrive pas à satisfaire la personne avec qui l’on vit parce qu’elle se masturbe, c’est se tromper. Encore une fois, s’il n’y a pas de communication autour de la masturbation dans le couple, cela peut engendrer ce genre d’erreurs de jugement.

Se branler n’est pas tromper. Le porno peut arriver dans la discussion. Je crois qu’il est sain de définir ce qui est de l’ordre du fantasme et de bien différencier les choses que l’on pratique dans la vie de tous les jours et le fun que peut procurer le porn. Il est tout à fait possible de trouver un.e acteur.trice excitant.e sans pour autant avoir envie d’aller voir ailleurs ou de vouloir pratiquer les trucs acrobatiques que l’on voit dans les gonzos. Il faut, je crois, prendre conscience qu’il s’agit là d’un divertissement, intime certes, mais un divertissement quand même. Encore une fois, il faut échanger sur toutes ces questions et pourquoi pas demander quel genre de porn consulte votre partenaire. Vous pourriez être surpris !

Le lieu, le moment

S’il y a bien la solution de la masturbation mutuelle, ça n’est pas toujours le bon moment pour ça. Sous la douche ou dans les toilettes, les excuses pour se cacher ne sont pas forcément très saines non plus. Selon votre libido, ça peut être assez limitant et frustrant. Je force encore mais PARLEZ-EN ! Cela peut même se transformer en un petit jeu amusant, savoir que son.sa partenaire est en train de prendre du plaisir sans nous peut ajouter une certaine forme de piment dans la relation. Une sorte de frustration maîtrisée qui ne rendra les prochains rapports encore plus excitants.

Parce que c’est bien de cela dont il s’agit : un jeu. Que l’on s’amuse seul ou à deux, la masturbation a des bienfaits et se brider serait une vraie erreur avec des conséquences qui peuvent être désastreuses pour le couple. Être dans une perpétuelle frustration n’est pas positif autant en jouer. Pourquoi se cacher ? D’autant plus que parfois, il est possible de se masturber à deux en regardant l’autre. Je ne vous cacherais pas que ça fait partie des mes petits kinks de regarder ma partenaire se donner du plaisir. Si ça n’est pas toujours possible, selon les envies, c’est une porte ouverte à de nouvelles aventures pour peu que l’on prenne le temps d’en discuter.

Branlez-vous, branlez-vous bien !

Le plus important reste d’avoir un rapport positif avec la masturbation. J’entends que cela peut être frustrant pour son.sa partenaire de jeu mais certains moments ne sont pas faits pour être partagés à deux. Il faut apprendre à prendre du recul sur la sexualité de l’autre et surtout de ses envies. Les relations et l’amour sont compliqués, c’est vrai mais trouver l’équilibre dans le couple est essentiel. Tout le monde n’a pas la même libido, tout le monde ne prend pas son plaisir de la même manière, c’est comme ça. Il faut l’accepter.

J’insiste une dernière fois sur la communication. Si vous n’en parlez pas, cela peut être mal compris et dégrader la relation alors qu’en fait, il ne s’agit que d’une petite branlette de temps en temps. En vérité, je vous le dis : se masturber n’a jamais été un problème. Reste juste à savoir si vous êtes capables d’accepter les envies de la personne avec qui vous vivez. Si ça n’est pas le cas, il est peut être temps de remettre en question votre couple. Pour finir sur une note un peu plus positive, on estime qu’une personne passera, en moyenne, une cinquantaine de jours à se masturber dans sa vie. C’est dingue, non ?

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

4 Commentaires

  1. Si tous les mecs pouvaient être comme toi. Dans mes relations, la plupart du temps mes copains venaient m’emmerder quand je me branlais. T’as beau leur dire que tu n’as pas besoin d’eux dans ces moments là, ils reviennent toujours à la charge.

  2. Je ne te cache pas que je tente toujours un petit “j’peux v’nir avec toi ?”. Ha ! Ha ! J’imagine que ça vient surtout du fait que j’ai besoin de ces moments moi aussi donc je comprends plus facilement, peut être. Et puis le temps qu’elle se masturbe, j’ai le temps de faire du level sur Skyrim. Moi aussi, j’ai la paix comme ça.

  3. Ce truc de la “masturbation problématique” est bien entretenue par les nofap et les communautés “d’addicts au porno”. Je ne retrouve plus l’article où tu parlais de ça mais il y a sûrement une question culturelle autour de ce tabou dans le couple. A force de vouloir donner une image négative du sexe, les gens finissent par croire que leurs envies sont une maladie.

  4. Oui, j’avais mis un lien vers cet autre article où l’on parlait de ça en commentaires. A force de travailler dans l’industrie du X, on voit bien à quel point la sexualité a une très mauvaise image de manière générale. On en parle en faisant des blagues potaches mais la plupart des gens ont du mal à se livrer même si je comprends que ça reste de l’ordre de l’intime, on sent bien que c’est un sujet “difficile” pour beaucoup.

    Rajoutons à cela la censure généralisée sur les réseaux sociaux et le manque d’éducation sur la question et on arrive à délicieux cocktail de conneries. Le mouvement NoFap est justement né de cette idée que la masturbation est un problème. S’il y en a qui font ça pour le challenge, beaucoup pensent que tous leurs soucis tournent autour de ça…

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here