Le droit à l’anonymat en France

Les pseudonymes font partie de la culture Internet. Il serait difficile d’imposer l’utilisation de sa véritable identité sur un réseau où la libre expression et la liberté au sens large a pris un place très importante non seulement sur les blogs mais aussi sur les réseaux sociaux, les forums de discussions ou encore les avis et commentaires que l’on peut lire partout. Les plus réactionnaires estiment qu’on ne peut pas tout dire et que se cacher derrière une fausse identité permet les pires dérives. Si on peut effectivement le penser, la libre expression qui règne sur Internet c’est aussi toute sa force car à trop vouloir la bâillonner on risque de se retrouver avec un média contrôlé par des entités qui n’auront de toute façon pas un mode de pensé qui conviendra à tous engendrant ainsi des réseaux encore plus undergrounds et encore moins contrôlables. On l’a bien vu avec la chasse au piratage qui a engendré ce qui se fait de pire en terme de censure, on peut citer par exemple le cas de MegaUpload dont la fermeture fait encore aujourd’hui débat ou la multiplication des services de partage anonymes depuis la surveillance du Peer-To-Peer.

Facebook ou Google+ impose pourtant de s’afficher publiquement avec son vrai nom. D’un point de vue business c’est compréhensible mais le revers de la médaille c’est que tout utilisateur devient alors une personnalité publique et se doit alors de surveiller son image en ligne. Un travail long et fastidieux qui requière non seulement une connaissance technique mais aussi un temps à consacrer à ça. Il faut bien comprendre que tous les Internautes n’ont pas forcément ces connaissances et rares sont ceux qui qui savent quelles peuvent-être les conséquences de ces informations lorsqu’elles sont rendues publiques. Le droit à l’anonymat ne semble pas exister en France pourtant il devrait faire partie de nos droits fondamentaux modernes.

Il est certain que sans ces « pseudos », il ne serait pas possible à tous de pouvoir s’exprimer en toute liberté. On peut imaginer un employé d’une société révélant au grand jour des activités frauduleuses mais qui ne souhaite pas forcément s’impliquer humainement et physiquement. Le cas d’un blogueur politique peut aussi générer des problèmes pour sa recherche d’emploi si effectivement il utilise son vrai nom en ligne. Les exemples seraient multiples et pour défendre cette liberté d’expression si chère à Internet, il faut que le droit à l’anonymat soit enfin reconnu. Oui, certains en profiteront pour franchir la ligne rouge mais selon moi c’est le prix à payer pour une liberté totale. Ce droit doit aussi exister afin que les États totalitaires ne puissent plus couper la parole de ceux qui ne pensent pas comme eux.

Doit-on supprimer ce droit au nom de quelques imbéciles et extrémistes ? Je ne le pense pas.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here