Les poils sont sexy et font leur retour

Si l’épilation n’est pas franchement un sujet nouveau, le retour du poil quant à lui est assez récent. Entre lutte contre le patriarcat et tout simplement pour le côté pratique, le fait de ne plus s’épiler fait encore grincer des dents. Alors que c’est une chose tout à fait naturelle, le poil fait peur.

Alessandra Kurr par Ben Hopper

On trouve des traces de l’épilation dès l’Egypte ancienne où les femmes se rasaient entièrement le corps. Ces poils disgracieux n’entraient déjà pas dans les codes de la beauté féminine. Sous l’Empire romain, les femmes les plus riches s’épilaient aussi, un signe d’appartenance à une classe aisée. Autant dire que depuis toujours, on a tenté de cacher ces vilains poils. Difficile de trouver l’origine de cette pratique mais on pense qu’il s’agirait d’une question d’hygiène, à une époque où la propreté commençait à peine à devenir un sujet de préoccupation. Rappelons que les microbes n’ont réellement été considérés qu’à partir de la moitié du 19ème siècle. C’était hier.

C’est d’ailleurs au début du 20è que les premières crèmes dépilatoires ont fait leur première apparition et rapidement, en 1915, la marque Gillette proposa son premier rasoir destiné aux femmes. Ces dernières ayant tendance à chouraver celui de leurs maris, le marché était trop juteux pour passer à côté. Si à cette époque, les femmes étaient plutôt couvertes, l’évolution des mœurs a fait que les vêtements ont évolué et on a commencé à voir apparaître des robes sans manches. Le magazine « Harper’s Bazaar » évoquait même l’idée qu’il fallait « enlever les poils répréhensibles ». La mode était lancée.

C’est surtout lors de la période de la seconde guerre que l’épilation s’est réellement démocratisée, devenant un standard de beauté. On ne se posait pas trop de question, c’était la mode et l’effet de masse a fait que la grande majorité des femmes avaient intégré cette idée que le poil devait être éliminé.

Arvida Byström

La récente campagne ADIDAS avec le modèle Arvida Byström, qui affichait fièrement ses poils sur ses jambes, a créé une improbable polémique. L’idée derrière ça était de faire réagir l’opinion publique et, pour le coup, ça a été un franc succès malgré les critiques d’un autre âge. On s’est tellement habitué aux corps imberbes qu’on en a oublié le côté naturel du poil.

La chaîne ARTE s’était aussi intéressé au sujet avec le programme court Poilorama. Signe d’un phénomène de société en constante évolution.

Si dans le porn on avait tendance à nous présenter des femmes entièrement épilées, la tendance est au changement. On voit petit à petit les toisons faire leur retour dans les productions mainstreams. La popularité des girls next door y est aussi pour quelque chose. Notre voisine de pallier n’est pas une pornstar et c’est typiquement le genre de femmes que l’on veut voir aujourd’hui.

Dans l’indé et l’amateur, la femme est montrée de manière plus réaliste également et beaucoup ne s’épilent pas. Tout simplement parce que les femmes ont autre chose à foutre et que lorsque l’on prend le temps d’y réfléchir, ça n’a pas d’importance.

C’est aussi un vrai pied de nez aux dictas de la mode souvent instaurés par des hommes. Le retour du poil c’est aussi tout un symbole pour le féminisme. Le simple fait de s’approprier son corps et d’en faire ce qu’on en veut est un message très force lancé à la figure d’une société qui a estimé que le naturel n’était pas convenable.

PARTAGER
Acteur du web depuis 1995, j'ai lancé ce site en 2009 et, aujourd'hui encore, je continue à l'alimenter en parlant des choses qui m'intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

2 Commentaires

  1. Je trouve ça génial comment les poils font rager certains mâles. Comme quoi les médias ont vraiment un effet néfaste sur le cerveau des gens. Pour la campagne Adidas, on a vu des commentaires de femmes qui trouvaient ça moche. Beaucoup n’ont pas réellement compris la portée du message.

  2. Dans ma vie privée, la plupart des femmes que j’ai côtoyé s’épilaient intégralement. Une grande majorité en tout cas. Et quand je leur expliquais que ça n’était pas important, elles laissaient leurs poils pousser parce que l’épilation c’est chiant, c’est aussi simple que ça.

    Il faut vraiment que les gens arrivent à se mettre en tête que ça n’est ni sale, ni disgracieux, juste naturel.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here