Marilyn Manson, le provocation comme fond de commerce

Si l’univers du metal est très riche, Marilyn Manson est un groupe qui a, qu’on le veuille ou non, marqué son époque. Avec « seulement » une dizaine d’albums à son actif, le groupe de Brian Hugh Warner, de son vrai nom, a su se hisser au rang d’icône et fait désormais partie de la culture pop.

Marilyn Manson

Qui aurait pu imaginer que le jeune Brian, plutôt solitaire dans son enfance aurait à ce point choqué l’Amérique en grandissant. Ayant pour seul ami son cousin qu’il retrouvait après l’école chez ses grand-parents, c’est là qu’il découvrit la collection de porno plutôt borderline de son grand-père ainsi que des déguisements de femme et de vieux accessoires.

Scolarisé dans une école catholique plutôt stricte, les cheveux longs étaient interdits. Il semblait évident que le garçon allait transgresser toutes les règles et il fût souvent puni pour vols, blasphèmes et toutes les conneries qu’un jeune enfant peut faire. Un peu plus tard, Brian ne s’intègre toujours pas plus mais fait la rencontre de John Crowell qui était lui aussi branché rock et qui était un peu plus extraverti. C’est à se moment qu’il découvre la marijuana et le milieu rock’n’roll.

Après un détour dans le journalisme, c’est son travail pour le magazine 25th Parallel qui lui permettra de faire de belles rencontres comme Malcolm McLaren, Debbie Harry, les Red Hot Chili Peppers, Trent Reznor et bien d’autres. Il était clair que cet univers était fait pour lui.

Le bonhomme est un artiste aux multiples facettes car outre la poésie et la peinture, il s’intéresse beaucoup au cinéma ce qui aidera énormément à la création du mythe Marilyn Manson grâce à ses clips vidéos toujours très soignés et il construira un personnage provocant qui n’aura de cesse d’être le produit de la culture américaine devenant peu à peu lui-même un consommable très plébiscité par une jeunesse qui ne s’identifie pas au capitalisme exacerbé.

Quoi de mieux que le satanisme pour effrayer les conservateurs catholiques ? Avec une imagerie plutôt hardcore, Marilyn Manson est le bouffon des Etats-Unis, il fait peur. On s’inquiète même de sa « mauvaise influence » sur les kids qui sont très fans du personnage. C’est là tout le génie de cet artiste qui en devenant ce qu’il critique a réussi à être très médiatique, une sorte de miroir déformant de notre monde.

Sex, drugs & rock’n’roll, cet adage défini parfaitement le personnage que l’on pourrait imaginer en simple génie du marketing mais ça n’est pas aussi simple. Selon moi, sa popularité tient surtout au fait de l’imagerie autour du groupe et aux messages qu’il véhicule plus qu’à la musique qui reste critiquable mais qui est loin d’être mauvaise. Il ne faut pas voir le concept comme un simple metal band mais bien comme tout un univers créatif.

Le milieu de l’indus est très stéréotypé mais Marilyn Manson se démarque réellement avec ses shows improbables et provocants. En 2016, ils sont toujours là et il ne fait aucun doute qu’on entendra parler d’eux encore longtemps tant que ce monde sera aussi fou.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here