Marques blanches et affiliation adulte : has been technologiques ?

S’il y a bien une chose que l’on ne peut pas reprocher aux professionnels du porno c’est bien leur capacité à s’adapter rapidement aux marchés et à diffuser leurs contenus sur tous les nouveaux supports. Ils n’ont par exemple pas attendu la démocratisation de la VOD pour proposer du tout illimité contre un forfait mensuel ou encore l’implantation des lecteurs Bluray pour vendre des films sur ce support numérique. Avec un regard extérieur, on pourrait se dire qu’ils sont à la pointe de la technologie mais en creusant un peu on constate vite qu’il y a encore beaucoup de chemin à faire concernant le web et le mobile.

En effet, lorsque l’on essaye de se lancer dans le business du X sur la toile, on a à faire à des sponsors et des régies qui si elles sont effectivement rentables peuvent faire tiquer les développeurs de part les technologies utilisées et les outils proposés.

Premier cas concret, les flux XML qui sont généralement générés dynamiquement en fonction de votre niche et des medias dont vous avez besoin. Il suffit d’importer ces données sur votre site afin d’intégrer ces marques blanches. C’est là que les ennuis commencent puisque d’un sponsor à l’autre le « parsage » ne s’exécute pas de la même manière. Il faut donc à chaque fois recréer un script afin de l’adapter à l’agrégateur de votre site (bien que j’imagine que certains d’entre-vous en mis en place des interfaces graphiques pour réaliser ces opérations). Bien qu’il semble assez complexe de mettre en place une norme pour les marques blanches toutefois ça ne semble pas complètement farfelu d’utiliser des balises « intelligentes » comme <date>, <titre>, <description> ou encore <media>…

Certains sites de streaming sont passés à HTML5 voyant venir le marché du mobile et des tablettes. Là encore les sponsors sont à la traîne proposant des lecteurs vidéo en Flash qui s’exécutent parfois même dans des iFrames (sic)… N’allez surtout pas réclamer un player responsive car on vous proposera probablement un script de redirection vers une page de vente mobile…

Parlons-en de ces scripts qui permettent de rediriger l’utilisateur vers un site adapté au mobile… Bien souvent l’Internaute (vous savez, ce type qui a une carte bleue) effectue sa recherche sur un moteur, trouve le contenu qu’il souhaite mais en cliquant sur le lien, il se retrouve redirigé vers une page qui n’a généralement rien à voir avec ce qu’il cherchait. Je ne sais pas vous mais quand ça m’arrive, le premier réflexe est de retourner sur le moteur d’où je viens. Ce n’est ni bon pour le visiteur, ni bon pour votre référencement…

Parmi les formats rémunérateurs, il y a les popups / popunders. On peut effectivement être tenté d’en mettre sur son site mais il est clair que c’est une erreur. Les Internautes n’aiment pas les publicités agressives, la démocratisation des bloqueurs de publicités en est la preuve, c’est le revers de la médaille. Désormais il faut faire avec ces plugins pour navigateurs. Vous agressez le visiteur, il bloque la publicité, vous ne réalisez pas de ventes. C’est simple. On peut éventuellement se tourner vers les régies textuels comme Exoclick ou Koocash.

Les contenus proposés ne sont aussi pas tous très qualitatifs. Nous sommes en 2016 et l’offre donne souvent accès à des DivX mal encodés, dans des résolutions minables et encore quand ils ne s’agit pas de format WMV (Erff…). Aujourd’hui il faut faire avec les « tubes » qui proposent ce genre de qualité en streaming, intérêt de sortir sa CB dans ce cas ? Aucun. Cela-dit, quelques prestataires comme Porn.fr donne la possibilité de diffuser des contenus en HD. C’est d’ailleurs le modèle économique de ces « tubes » qui dans leur offre premium proposent une meilleure résolution…

Avec un regard extérieur, l’industrie du porno semble être à la pointe, certains le sont mais dans la plupart des cas on préfère la quantité à la qualité. On peut effectivement se dire que c’est ce que recherchent les Internautes pour faire ce qu’ils ont à faire mais il est certain qu’il ne faut plus les prendre pour des gogos qui sortent leurs cartes de crédit pour tout et rien. Il faut faire avec une nouvelle concurrence et pour forcer le passage à l’acte il faut avoir un contenu solide et crédible. Les pratiques et les technologies des années 90 n’ont plus leur place ici.

Comme vous pouvez le constater, on est assez loin de l’image que l’on peut avoir. La réalité est même assez triste en terme de qualité de contenu pourtant il est évident que pour se faire une place au soleil il faut clairement s’adapter à l’évolution du marché. Je crois qu’avant de hurler au scandale face aux sites de streaming, il faut aussi balayer devant sa porte avant d’espérer réaliser des ventes.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop ou nous offrir un petit cadeau. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here