On enlève Les Dessous de Kmille

Voilà un long moment maintenant que je suis Kmille sur Twitter, je me suis dit qu’il était temps de vous en parler au travers d’une série de questions auxquelles elle a bien voulu répondre. Testeuse de sextoys et auteure d’histoires érotiques, cette femme mélange les genres sur son site où elle aborde également la sexo. Un petit univers à part entière soutenu par de nombreux adeptes : les brigands, comme elle aime à les appeler.

Kmille

– Bonjour Kmille, est-ce que tu peux te présenter à nos lecteurs qui n’auraient pas encore la chance de te connaitre ?
– Bonjour et merci pour l’opportunité que tu me donnes. Je suis donc Kmille, blogueuse de 34 ans, un peu coquine (Ou beaucoup je ne sais pas trop où est le curseur…). Depuis 4 ans je m’occupe de Les Dessous de Kmille où je publie mes tests de sextoys, de tenues coquines, des conseils sexo et, depuis peu, des histoires érotiques. Je ne suis pas ce qu’on appelle un « canon de beauté », juste une femme qui assume sa sexualité et qui ose en parler. Euh… Voilà, sinon je ne sais pas trop quoi vous dire de plus… A vous de venir me découvrir et de me suivre si mon univers vous plait.

– Ça fait quelques années que tu t’occupes de ton site, comment est venue l’idée de te lancer là-dedans ?
– Pour faire court, tout a débuté en 2013 où j’ai découvert le burusera dans le « Zapping », curieuse, j’ai recherché sur Internet et je suis tombée sur un site français dédié à cette pratique. Peut-être parce que je suis un peu coquine, j’ai voulu voir ce qu’il en était. Kmille était née.

Petit à petit j’y ai fait ma place et j’ai eu le plaisir d’y rencontrer des hommes vraiment sympas avec lesquels j’aimais et j’aime toujours échanger. Certains, un peu timides, venaient me parler de leurs soucis sexo parce que, parait-il, « je mets à l’aise les gens »…

Un jour une amie du site m’a proposé de créer un blog à quatre mains, l’idée était née et a fait son chemin mais au moment où j’étais enfin prête, les aléas de la vie nous ont séparé. C’est à cet instant que mes loulous m’ont poussé à poursuivre cette idée. Les Dessous de Kmille voyait le jour 1 mois plus tard avec, au début, des conseils sexo. Les tests sont venus après avec la confiance de la boutique Espace Libido que je remercie encore.

– Comme bon nombre d’entre nous, tu es essentiellement sur Twitter car plus tolérant sur les questions de sexualités. Que penses-tu de la censure généralisée sur les réseaux sociaux ?
– Très honnêtement, en tant que parent, je peux la comprendre dans le sens où nos chérubins ont un accès très facile aux réseaux sociaux. Les parents sont souvent dépassés et ne prennent pas forcément le temps de surveiller ou d’expliquer la sexualité à leurs enfants (Manque de temps, de connaissance, ou gêne).

Dans ma jeunesse on découvrait le sexe sur M6, les dimanches soir (C’était hyper soft quand j’y repense), aujourd’hui les jeunes le font sur Internet avec tout ce que l’on peut y trouver (Le soft comme le moins soft). Pour autant je pense qu’il y a bien pire que de voir un téton en photo ou en vidéo et que cette censure devrait être graduée. Il me semble que les réseaux sociaux ont bien plus important à gérer qu’un téton ou un vagin.

Donc pour faire simple je comprends la censure mais je ne comprends pas sa généralisation. In fine Facebook censure tout ce que son puritanisme juge indécent (Le téton, le sexe). La nature est donc indécente pour Facebook car il me semble qu’il n’y a rien de plus naturel qu’un sein avec un téton, non ?

– Tu fais des vidéos personnalisées, tu as des demandes un peu « originales » parfois ?
– Oui très souvent même et je refuse beaucoup de demandes. Je fais des vidéos par et pour le plaisir, ce que je n’aime pas ou ce qui me parait trop intime à mon couple, je ne le fais pas. Oui ça peut paraître con de parler d’intimité quand on fait ce que je propose. Pour autant, il y a des choses que je ne saurai faire. Comme par exemple, me montrer enceinte. C’est pour moi un moment intime que je ne veux vivre qu’avec mes proches.

Que voulez-vous ? Kmille est un paradoxe vivant.

– C’est un concept qui fonctionne bien ?
– Si la question est : Est-ce que ça gagne bien ? La réponse est non, la preuve, je dois travailler pour manger, payer mon loyer et les frais du quotidien. C’est surtout un plaisir, j’aime l’idée d’apporter du plaisir à un inconnu, de respecter ses fantasmes et de réaliser ses envies…

– Se montrer nue sur Internet, a été quelque chose de simple pour toi ?
– Ce n’est ni simple ni compliqué. A la base c’est mon homme qui m’a « poussé » à le faire. Il en avait marre de m’entendre me plaindre de mon corps; je suis une femme complexée (Comme beaucoup de femmes). Du coup, un soir on a pris quelques photos avec pour but de les exhiber sur Internet, un tchat. Au début il le faisait seul, je ne lisais pas les réponses, il me les lisait lui (Il censurait les mauvaises, j’imagine). De fils en aiguilles, j’ai commencé à les lire (Vu qu’ils étaient sympas). Ça a participé à l’acceptation de mon corps (Mes seins, mes cuisseaux et mes genoux) même si encore aujourd’hui j’ai du mal à croire que vraiment, certains hommes me trouvent « belle »…

Du coup pour répondre à ta question je me montre nue sur Internet avec assez de simplicité car j’ai toujours eu un rapport conflictuel avec mon corps. Lire les commentaires ne me dérange donc pas qu’ils soient bons ou mauvais : soit ils confirment ce que je pense, soit ils me font plaisir. Par contre je ne montre pas mon visage. Non pas que je n’assume pas ce que je fais mais simplement parce que aujourd’hui en 2018 une femme qui se montre ainsi est au mieux une « salope » au pire une « pute ». Je n’ai aucune envie de faire assumer cela à ma famille. Voilà pourquoi je reste anonyme…

– Tu partages beaucoup de choses très intimes, quel est ton rapport avec ta communauté ?
– Je suis d’un naturel empathique. Il est donc important pour moi d’avoir un lien avec elle. J’ai besoin de nos échanges, sans eux je ne pourrais continuer à gérer mon blog, à proposer ce que je fais. Souvent d’ailleurs, j’ai des coups de mous où l’envie d’arrêter se présente à moi puis j’échange avec mes Loulous, devenus aujourd’hui mes Brigands. Ces échanges me remotivent et je repars pour quelques mois.

J’ai donc un rapport très fusionnel avec ma communauté.

– Tu as une chaîne PornHub depuis 4 ans maintenant, que penses-tu de cette plateforme et du « Content Partner Program » ?
– C’est ce qui me permet, aujourd’hui, de publier mes vidéos de présentations (Lors de mes tests). Pour moi c’est un bon palliatif à YouTube. Assez connu et pour adulte.

Certains trouvent que PornHub participe à la dégradation de l’image des femmes et je ne suis pas d’accord. Je veux dire toute personne normale, même les ados, doivent être capables de comprendre qu’il s’agit d’une vidéo et que par conséquent certaines sont scénarisées, tout comme les films pornos, elles ne sont là que pour satisfaire une envie inaccessible. Plutôt que de cibler PornHub parce qu’il dérangerait une certaine industrie, je pense que pour améliorer l’image que certains ont des femmes, il serait bon de cibler l’éducation de ces personnes et certains tchats qui libéralise ce jugement. Plus que la plateforme, c’est la communauté qu’il faut appréhender et là encore, j’ai la chance d’avoir de bon contact avec elle. Pas ou très peu de propos dédaigneux, des gens sympas avec qui il est agréable d’échanger.

Concernant le « Content Partner Program », c’est la monétisation de la vidéo par la publicité. Il permet d’amortir certains frais comme l’hébergement du site web. Mais là encore ça ne me permet pas d’en vivre donc j’suis pas sûre d’être la meilleure personne pour en parler…

Les Dessous de Kmille

– Tu parles essentiellement de sexualité et de sextoys sur ton site mais quel est ton rapport avec la pornographie ?
– Je lui préfère l’érotisme. Là encore je ne suis pas la personne idéale pour parler de cela. Je ne regarde pas de porno car ça me frustre. J’aime avoir la liberté d’imaginer les personnes, l’ambiance et les scènes comme dans un bon livre érotique. Donc je n’ai pas vraiment de rapport avec la pornographie même si ce que je fais peut en faire partie.

Après il peut m’arriver de regarder un film ou une photo porno, je ne vais pas courir chercher un crucifix. Mais à titre personnel je préfère ce qui encourage mon imagination et la pornographie n’y participe pas.

– Des petites recommandations peut-être ?
– Euh bah non du coup… Mais vraiment essayez de lire un Stella Tanagra par exemple, je vous garantis que vous allez adorer et passer un moment intensément plus jouissif que devant un porno.

– L’écriture fait partie de tes talents, comment en es-tu venu aux récits érotiques ?
– Je ne sais pas si c’est un de mes talents mais un plaisir oui c’est certain. Au début, j’ai commencé en écrivant les scénarios que j’imaginais lors de mes plaisirs solitaires, je les proposais sur Les Dessous de Kmille. Ce n’était pas vraiment des récits mais plus des scènes issues de mon imagination fertile puis un lecteur m’a contacté, Daniel pour le nommer. Il a vu un certain talent dans mes écrits et m’a poussé à écrire des récits érotiques. Au début franchement je n’en éprouvé pas l’envie mais je m’y suis essayée.

Et j’ai découvert l’univers de Stella Tanagra, j’ai apprécié la puissance qu’un bon récit pouvait avoir sur notre plaisir, notre excitation. Je suis devenue fan et j’ai eu le plaisir de m’apercevoir que j’avais participé à son épanouissement (Elle lisait mon blog et l’appréciait). D’ailleurs j’ai eu le plaisir, lors d’un concours, de lui présenter un récit « Mon Berger Allemand » qu’elle a aimé.

Voilà comment aujourd’hui Kmille n’est plus uniquement une testeuse de sextoys, mais aussi une autrice (Sans talent).

– Il y a des auteurs que tu pourrais nous recommander (livres / blogs) ?
– Et bien je ne saurais que trop vous conseiller Stella Tanagra qui n’est plus à présenter. Son univers est particulier mais sa façon d’écrire devrait vous plaire. En plus et ça ne gâche rien elle est très belle. Ensuite vous pourriez découvrir Mia Michael qui propose des récits plus axés vers la soumission avec un ton décalé, parfois naïf et drôle. Là encore c’est un univers qui sera agréable de découvrir. Sinon, actuellement je suis en train de lire « Abnégation » de Eva Delambre un gros pavé (Un peu plus de 300 pages) mais je n’en dis pas plus, une review est prévu sur mon blog.

Et puis il y a l’incontournable Kmille, je ne sais pas si vous la connaissez, si non je vous encourage à le faire rapidement. Elle n’est pas trop connue mais sûr qu’elle finira par percer.

– Des projets pour l’avenir ? Quelque chose à rajouter ?
– Je suis en train d’écrire un polar-érotique accès SF. C’est un gros chantier qui me demande énormément de temps et qui, peut-être, sera un jour édité. Qui sait ?…

Sinon j’espère que cette interview et mes réponses vous auront intéressé, merci à tous ceux et celles qui auront eu le courage d’arriver jusqu’ici. Peut-être aurais-je le plaisir de vous compter parmi mes Brigands et de vous lire sur mon blog ?

Merci à toi pour cette interview.

Retrouvez Kmille sur Twitter, Facebook et bien entendu sur son site !

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos tshirts sur notre boutique. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Tu veux que l'on parle de toi ou que l'on apporte une modification à un article ? Tu peux nous contacter. Merci !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here