Paye Ta Shnek : Témoignages de harcèlement sexiste dans l’espace public

Certaines initiatives contre le harcèlement n’ont pas attendu le hashtag #balancetonporc pour dénoncer les comportements sexistes et déplacés. Le Tumblr Paye Ta Shnek existe depuis un bon moment et recense de très nombreux témoignages sur le sujet. Un livre est aussi disponible.

Paye Ta Shnek

Totalement dans l’actualité du moment, le harcèlement est au cœur des débats ces dernières semaines et les nombreux tweets ont ouvert les yeux à pas mal de monde sur une réalité vraiment sale. La manière dont sont traitées les femmes au quotidien ne relève pas de petits événements mais bien d’une très mauvaise éducation de la part de bon nombre d’hommes.

Suite à l’effervescence qui a émergé de Twitter, les politiques ont commencé à s’emparer du sujet et c’est plutôt une bonne chose et les témoignages publiés sur Paye Ta Shnek ont une vraie valeur éducative. S’il ne faut pas généraliser ces comportements à tous les hommes, dans les faits ils sont trop fréquents pour ne pas prendre conscience du problème.

Si on accuse un peu trop facilement la pornographie, dans les faits, les gens sont assez intelligents pour faire la différence entre ce qui se passe à l’écran et la vraie vie. Non, le problème est bien plus profond et culturel. D’aussi loin que je me souvienne, notre éducation (à l’école et à la maison) n’a jamais évoqué le sexisme. Venant d’une famille équilibrée, le respect des femmes a toujours été une valeur qui allait de soi, pour ma part. Toutefois, le sexisme ambiant a toujours été plus ou moins présent, de manière directe ou indirecte (à la télévision, dans les films, la publicité).

L’égalité homme-femme a toujours été défendue par la plupart des professeurs que j’ai pu avoir dans ma jeunesse et si c’est toujours le cas de nos jours, cela ne semble pas suffisant. Une statistique édifiante indique que 100% des femmes ont déjà été confrontées à des remarques sexistes ou déplacées. Ce genre d’initiative que propose Paye Ta Shnek ou #BalanceTonPorc ont le mérite de faire prendre conscience de l’ampleur des dégâts.

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

9 Commentaires

  1. Accuser la pornographie, c’est la solution de facilité. Il serait intéressant de mieux comprendre d’où viennent réellement ces comportements. L’éducation est primordiale mais pas seulement à l’école. Les parents ont leur mot à dire, ce sont des sujets peu abordés tout comme le sexe pourtant il est primordial d’en parler.

  2. La pornographie et la sexualité sont encore tabous, il ne faut pas se leurrer et, je crois, que la culture catholique de notre pays y est pour beaucoup. Il suffit de voir comment le sujet du porn est traité dans les médias mainstreams, tous les jours, pour se rendre compte à quel point le sexe est encore décrit comme quelque chose de nauséabond.

    Si la domination masculine est surreprésentée dans le X, c’est aussi la réponse à une demande de la part des hommes comme des femmes. Encore une fois, les gens avec un minimum d’éducation savent faire la différence entre le cinéma et ce qui se passe dans le monde réel. Je fais souvent le parallèle avec le jeu vidéo qui rendrait violent, hors on sait pertinemment que ça n’est pas le cas, bien au contraire.

    J’ajouterais même que dans la plupart des pays où la pornographie est censurée, ce sont des régions où les femmes sont les plus bafouées et harcelées.

  3. Question productions éthiques en France, c’est pas la joie non plus. Quand tu vois que des mecs comme Woodman sont starisés dans Pornocratie, tu te dis qu’il y a une sérieux problème tout de même. J’aime bien Ovidie mais son reportage est complètement biaisé pourtant elle tient un bon discours habituellement.

    Quand tu traites les filles de « salope » dans une vidéo sur deux que tu tournes, il arrive un moment où il faut se remettre en question. Mine de rien, ce qui se passe sur les tubes est en train de changer ça. On voit émerger des prods plus cleans et plus respectueuses. C’est clairement pour séduire une audience féminine qui est en train d’exploser mais ça va dans le bon sens.

    Le sexisme dans le porno chez nous est un truc très « franchouillard ». Il suffit de voir le succès de Jacquie et Michel. Ça fait un peu de peine à voir mais je ne suis pas certain que les mecs derrière ce business (en France) se posent les questions éthique.

  4. Je suis assez d’accord là dessus. Je ne me permettrais pas de juger Woodman, c’est clairement pas ma cam ce qu’il fait mais il ne faut pas oublier ce que je précisais dans l’article : c’est du cinéma.

    Pornocratie traite pas mal de l’arrivée de la pornographie gratuite et comment ça a flingué le marché. J’ai pas eu le sentiment que Woodman était montré comme le messie mais juste comme un mec qui parle de business. Après c’est vrai que connaissant Ovidie, c’était peut être pas forcément le choix le plus pertinent mais le garçon a quand même pas mal d’expérience et il a vu comment tout à changé depuis une dizaine d’années.

  5. Le problème du business de Woodman vient aussi du fait qu’il n’a pas su se remettre en question. Le gonzo qu’il fait c’est du porn par et pour les hommes. Il n’est plus dans le coup c’est tout. Les sujets dont traite votre site montrent bien qu’il y a autre chose. Vous parliez dans un autre article des sites qui ne fonctionnaient plus parce qu’ils proposent des vidéos bas de gamme. Vous avez vu juste.

    Aujourd’hui, on ne va pas payer pour du Woodman, il a son public fidèle mais je crois que sa carrière est derrière lui s’il ne se remet pas en question un jour. On peut taper sur les tubes et c’est clair que leurs méthodes ne sont pas des plus éthiques mais le fait est qu’ils sont maintenant installés et qu’on peut tout à fait faire du business avec eux.

    On peut s’en plaindre ou évoluer.

  6. Je peux comprendre que ces anciens acteurs de l’industrie l’ont un peu mauvaise contre les tubes, c’est pas évident de marcher main dans la main avec ceux qui vous ont tout pris. Ceci-dit, des plateformes comme PornHub on une certaine ouverture et commencent à partager les revenus, ils se font d’ailleurs emboîter le pas par la concurrence, ça peut être une aubaine.

  7. Pour en revenir au sujet, je crois que l’on peut s’abandonner une vingtaine de minutes en regardant un porno sans pour autant devenir un porc par la suite. J’aime beaucoup les rapports de force dans ce que je regarde et il m’arrive aussi de pratiquer. Pourtant les hommes que je fréquente sont respectueux et ne sont pas des machos.

    Il y a un fossé entre ce qui se passe dans un lit ou dans un porno et comment on se comporte en société.

  8. Je suis tout à fait de cet avis. On se cache derrière la pornographie pour masquer les véritables problèmes culturels. Le comportement des hommes qui harcèlent les femmes dans la rue vient d’un manque d’éducation, je ne crois pas que ce soit de la faute du porno mais plutôt comment notre société traite différemment les sexes.

    Il ne faut pas oublier que le porno est un divertissement et n’a pas vocation à être éducatif (bien qu’il peut l’être parfois). Le fait que Pornhub ait lancé un site d’éducation sexuelle montre bien à quel point il y a là un vrai manque.

  9. Il y a aussi une nouvelle donnée qu’il faut prendre en compte de nos jours, il y a autant d’hommes que de femmes qui consomment du porno. Ça n’était pas le cas il y a encore 10 ans. C’est bien pour ça que les sites de streaming s’engouffrent dans des productions plus clean et moins hétérocentrées.

    Quant aux effets du porno sur la société, la preuve a été faite de nombreuses fois qu’il a un effet positif sur les comportements, contrairement aux idées reçues, c’est un exutoire qui permet de s’affranchir de ses frustrations.

    Je crois aussi que beaucoup d’hommes n’avaient pas réellement conscience de leurs actes et cette médiatisation du harcèlement est très positive et on peut espérer que certains ouvriront les yeux. Paye Ta Shnek n’est pas nouveau mais ce qu’il est, c’est le message qu’il véhicule est en train d’arriver aux oreilles du grand public et ça c’est très positif.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here