Pourquoi a-t-on peur du porno ?

0
623

La récente étude de 2017 (c’est d’ailleurs la seule qui a été menée à ce jour) a montré que regarder de la pornographie n’était pas un problème. Pourtant, dans les médias généralistes et sur les réseaux sociaux, on lit toujours autant d’âneries et ce malgré des faits et des chiffres qu’on ne peut pas trop contredire.

Squelettes

On ne va pas vous réexpliquer de long en large pourquoi la pornographie n’est pas un problème, on l’avait déjà fait dans un autre article et le site Slate.fr y avait aussi été de son long reportage sur le sujet.

Cette semaine, je suis tombé sur deux vidéos d’anti-porn et j’ai réalisé à quel point il y avait une réelle méconnaissance du sujet et de très nombreux à-priori sur la question. Bien entendu, de faux argumentaires qui ne sont là que pour défendre une fausse morale mais aussi pour attirer l’attention. Car oui, le porno attire les clics et quand on a des livres à vendre ou que l’on veut faire connaitre son nom, s’attaquer à une chose aussi populaire que le sexe, c’est le meilleur moyen de faire parler de soi.

On peut avoir de très beaux titres honorifiques et des diplômes mais ça n’empêche pas de raconter n’importe quoi. C’est le cas de Catherine Blanc qui a trouvé un bon moyen de faire parler de son business de sexologue. Passé le premier tiers de la vidéo où elle nous explique pourquoi on se masturbe, elle évoque ensuite la difficulté à faire de rencontres réelles. Parce que c’est la faute du porno et pas un problème sociétal. Quand à la dépression évoquée, elle n’a rien à voir avec “l’excès de plaisir”. Dans ce cas, est-ce que l’on peut devenir accro à la bonne bouffe ? Comme je l’évoquais dans l’introduction de cet article, avant 2017 on ne savait rien du sujet, c’est à dire que tout ce qui a été dit avant cette période n’était basé sur rien tout comme cette vidéo pour le Huffington Post. Désinformation ? Fake news ? Oui.

Ensuite, c’est “Liberté Politique” qui est venu nous expliquer que les jeunes regardaient du porno de plus en plus tôt et que l’humanité allait disparaître dans d’atroces souffrances à cause de la pornographie (Je résume, hein ?). Hormis le fait que l’âge auquel on regarde son premier porno n’a que peu évolué ces 30 dernières années, il se trouve que l’âge du premier rapport sexuel, lui non plus, n’a pas beaucoup changé. La pornographie n’a à aucun moment influencé cette pauvre jeunesse qui est confrontée à des “images choquantes”. Bien sûr, nos amis ne manqueront pas de placer deux livres à vendre dans une seule vidéo. D’ailleurs, on se demande si cette fondation n’existe pas juste pour les avantages fiscaux qu’elle peut offrir…

Vous l’aurez compris, s’attaquer à la pornographie, c’est surtout un business plan qui permet de se dresser face à quelque chose de populaire et de très apprécié par tout le monde. Un commerce de niche mais qui peut permettre de toucher les quelques 11 millions de catholiques de notre pays.

Tous les maux de notre société ne viennent pas du porno qui n’est qu’un divertissement comme un autre. Personne n’est obligé d’en consommer, on ne tombe pas dessus “par hasard”. Alors oui, j’entends que tout n’est pas rose dans ce domaine et c’est bien pour cette raison que l’éducation est importante malgré le fait que les jeunes adultes ne soient pas des idiots et soient capables de faire la différence entre ce qui se passe dans un film et le monde réel. Que cela vous plaise ou non, les gens sont encore capable de discernement même les plus jeunes.

Le porno permet aussi de montrer différentes sexualités. Si les catholiques sont assez binaires sur le sujet, ça n’est pas le cas de bon nombre de personnes qui ne se reconnaissent pas dans l’hétérosexualité. A quel moment ce serait un problème de laisser les gens vivre leurs vies comme ils l’entendent et être heureux ? Parce que c’est ça le véritable problème de ces personnes, le manque d’ouverture et une morale d’un autre temps qui n’a plus sa place dans notre société moderne.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here