Pourquoi vous ne devriez faire que du whitehat SEO

Quand on se lance sur le web, on découvre rapidement qu’il faut s’intéresser aux moteurs de recherche et à leurs fonctionnements. Les référenceurs se divisent en deux catégories : les whitehats et les blackhats. La concurrence étant parfois extrême, on a tendance à regarder ce que font les autres et on réalise vite que les techniques employées sont parfois à la limite du correct.

En France, Google représente tout de même près de 96% du trafic de recherches (Bing est à 2% et Yahoo! à 1% environ), il serait absurde de se les mettre à dos. Dans le porn on ne compte plus les problèmes de confidentialité, la diffusion de malwares ou encore les webmasters qui utilisent des techniques de spam afin de réaliser des ventes. Si sur le papier le blackhat peut effectivement être très rentable rapidement, le fait est que ce n’est pas une solution pérenne.

J’ai déjà expérimenté de multiples façons de générer du trafic sur un site web mais avec les années je me suis rangé du coté whitehat car avec le temps on réalise que c’est la solution qui permet d’entretenir son business même s’il arrive parfois que Google propose de nouveaux filtres avec des dégâts collatéraux.

Si vous désirez vous lancer dans le porno sur Internet vous serez forcément tenté d’utiliser des méthodes borderlines, poussé par la communauté de webmasters et même certains sponsors. Il faut penser sur le long terme car un site qui rapporte beaucoup en peu de temps est alléchant mais lorsque l’on fait le calcul il faut être constamment en train de lancer de nouvelles choses et d’expérimenter les limites des moteurs de recherche.

Être whitehat c’est aussi une manière de se remettre en question. Je ne vais pas vous parler de développement personnel ici mais lorsque votre site décolle car le contenu que vous produisez est de qualité et qu’une communauté se forge autour de votre site c’est une sensation hautement plus agréable que le simple fait de remplir son compte en banque. C’est toujours plus intéressant de se demander pourquoi tel ou tel chose fonctionne plutôt que de démarrer un projet en sachant pertinemment qu’il tombera à l’eau un jour ou l’autre.

Dans un précédent article j’évoquais l’idée de se concentrer sur un seul projet au début et c’est pour moi la meilleure façon d’appréhender le marché du X sur le web. Être « clean » c’est aussi un bon moyen de se faire une bonne réputation et d’obtenir le soutien de vrais professionnels du milieu. On va pas se mentir, la majorité des blackhats opèrent seuls et ne partagent que très rarement leurs expériences.

Ethique et porno : voilà deux mots qui ne semblent pas rimer mais pourtant aujourd’hui c’est un choix intelligent car les contenus payants doivent se démarquer du porn mainstream que l’on peut trouver gratuitement. Pour faire la différence il faut relever un peu le niveau et s’interroger sur qui sont vos clients potentiels. Vous pouvez vous tourner vers quelques « gogos » qui paieront pour des contenus médiocres ou cibler convenablement les gens qui sont prêts à payer plus pour des choses plus qualitatives. Je prends souvent en exemple Dorcel qui n’a jamais eu la vocation de dépasser le trafic des tubes mais qui pourtant a su développer son business sur le net.

C’est à vous de faire un choix et de choisir votre camp mais si vous optez pour le blackhat il ne faudra pas vous étonner le jour où vous perdrez tout.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts ou faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux. Merci beaucoup !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here