Prison School : le lycée de haute sécurité

Seinen d’Akira Hiramoto, « Prison School » qui est publié dans Weekly Young Magazine depuis 6 ans maintenant, s’était offert une classieuse série animée qui reprenait assez fidèlement la trame du manga originel.

Kiyoshi Fujino

L’histoire se déroule dans le lycée Hachimitsu, initialement réservé aux femmes et ayant pour particularité d’être le plus sévère du pays. La série démarre au moment où cet établissement s’ouvre aux hommes, une année test qui est propice à des situations que l’on ne voit que dans les animes.

Kiyoshi Fujino est l’un d’entre-eux et il sympathisera avec la charmante Chiyo Kurihara avec qui il aura rapidement des affinités. Mais voilà, dans une école-prison où la majorité des étudiants sont des femmes, les idées lubriques de ce petit groupe d’hommes va générer des catastrophes en série. L’occasion pour balancer des gags géniaux sous fond de domination féminine.

Meiko Shiraki

Meiko Shiraki est l’une des surveillante et ressemble plus à une maîtresse BDSM (les amateurs apprécieront). Elle n’hésitera pas à corriger ces vilains garnements à cause de leurs agissements. L’humour vraiment présent fait de cette série d’animation un monument du genre. Le rythme effréné et les gags sorties tout droit de l’esprit malade d’Akira Hiramoto donne un ton particulier à « Prison School ».

Le soin apporté à l’animation et à la colorisation en font aussi une oeuvre vraiment originale. Les dégradés sur les personnages et les décors donnent une patte qui se démarque réellement de la plupart des productions japonaises. Un bon divertissement qui connait, encore aujourd’hui, un très bon succès. Vous trouverez très facilement les mangas et les coffrets BluRay/DVD sur Amazon.

Un incontournable pour les fans d’animation ecchi. On passe un bon moment à suivre ces incroyables personnages dans un univers impitoyable qui, avouons-le, a un coté assez jouissif à regarder.

PARTAGER
Acteur du web depuis 1995, j'ai lancé ce site en 2009 et, aujourd'hui encore, je continue à l'alimenter en parlant des choses qui m'intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here