Quotidien : Yann Barthès parle (mal) de pornographie à heure de grande écoute

Invités lors de l’émission « Quotidien », la sexologue Thérèse Hargot (qui a réalisé quelques interventions pour La Manif Pour Tous), le gynécologue Israël Nisand (dont la spécialité est l’IVG, la PMA et les diagnostics prénatals) et Stephen des Aulnois, rédacteur en chef chez Le Tag Parfait. Ce passage est disponible en replay pour ceux qui ne l’auraient pas vu.

Yann Barthès

Un sujet qui fait suite aux déclaration d’Emmanuel Macron au sujet du porn. La première chose qui choque, c’est d’abord le choix des invités. Un match perdu d’avance pour le seul spécialiste de la pornographie sur le plateau. On a vraiment le sentiment qu’un seul message ne devait passer lors de cette intervention à la télévision : le porno c’est mal, il faut protéger nos enfants. Alors oui, effectivement, il restreindre l’accès aux contenus adultes aux plus jeunes, sur ce point, tout le monde est d’accord.

On a eu le droit aux mêmes stéréotypes qui sont toujours véhiculés notamment lorsque Israël Nisand parle de la mauvaise image des femmes que donnent le X. Si vous êtes un lecteur régulier, vous savez pertinemment que ça n’est pas le cas et que la plupart des jeunes savent faire la différence entre ce qu’affichent leurs écrans et la réalité. Thérèse Hargot évoque aussi que la pornographie serait un problème pour le développement des enfants. On rappellera tout de même que ces personnes n’ont pas grandi avec les tubes et qu’ils ne font pas partie de la génération Z. Une génération qui serait très probablement plus à même d’en parler, directement.

TMC, une chaîne qui appartient au groupe TF1, devrait aussi également balayer devant sa porte et on pourrait longuement parler des programmes qui sont proposés en journée par ces médias vieillissants. Yann Barthès vient de Canal+, la chaîne du porno. Si l’époque du Petit Journal est clairement révolue, on s’étonne de la manière dont le sujet a été survolé dans une émission qui sait être pertinente, parfois.

Encore une fois, on a voulu diaboliser la pornographie et faire passer le message que tout le monde veut entendre. On a à peine évoqué l’implication des parents dans l’éducation et à aucun moment on a parlé des smartphones que l’on donne aux enfants. Et si on attendait la majorité pour pouvoir avoir un téléphone connecté à Internet ? Curieusement, ce sont des sujets dont on ne veut pas parler, dire du mal de la pornographie c’est mieux pour le buzz.

Très cher Yann Barthès, j’avoue que tu m’as amusé un temps mais aujourd’hui je ne regarde plus la télévision et encore moins ton émission notamment à cause de ce genre de traitements que tu imposes à ton audience. La pornographie est plus riche et plus diversifiée que ce que l’on veut bien nous faire croire. Il aurait aussi été intéressant de constater que les générations qui grandissent avec le porno sont bien plus sages sexuellement que les générations précédentes mais, bien évidemment, ça n’intéresse personne.

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here