Souvenir de FAP avec le film érotique du dimanche soir sur M6

Si vous êtes né dans les années 80, vous avez sûrement vu l’un de ce longs métrages qui étaient diffusés sur M6, en troisième partie de soirée. 15 ans après leur disparition de la grille des programmes, nous revenons sur cette case du dimanche soir qui a mis en émoi de nombreuses personnes devant leur petit écran.

Jeanne Colletin et Sylvia Kristel dans Emmanuelle

Contexte

A cette époque, la télévision diffusait ses émissions en 4/3 et les écrans cathodiques étaient encore légion. Le dimanche soir était devenu un rendez-vous culte pour tous les amateurs d’érotisme. Si certains de ces films ont fini sur Nanarland, il faut se remettre dans le contexte de cette époque. La seule pornographie disponible était en VHS ou dans les magazine et une fois par mois Canal+ diffusait un seul et unique film. Le sexe était une denrée rare et M6 avait bien compris que pour attirer les téléspectateur sur sa chaîne naissante, l’érotisme faisait partie de leur arsenal.

Badoumba ! La seule évocation de cet onomatopée réveille déjà plein de souvenirs dans nos têtes. Le film diffusé à 20h30 était suivi par l’excellente émission “Culture Pub” présentée par le regretté Christian Blachas et la pétillante Anne Magnien. C’est un peu contraints et forcés que l’on regardait cette émission qui nous faisait patienter jusqu’à la troisième partie de soirée où le CSA avait autorisé les programmes pour adultes. On y découvrait les spots de pub du monde entier et on se disait, déjà à l’époque, que les créatifs français n’étaient pas forcément les meilleurs dans cet art de la communication.

Il est tard et tout le monde dort

Je suis persuadée que bon nombre d’entre-vous on prétexté de l’émission “Culture Pub” pour veiller tard les dimanches soirs. La vérité, c’est que l’on attendait le film érotique qui suivait. Impossible de zapper une scène de dialogue et de se rendre immédiatement à ce qui nous intéressait, on laissait le long métrage nous amener à ce précieux sésame tant attendu. La tension était palpable, la main dans la culotte, on espérait rapidement voir des corps nus. La particularité de ces films étaient qu’on n’y voyait jamais de pénis. C’était la limite à ne pas franchir. Alors qu’on pouvait montrer complètement le corps des femmes, le sexe masculin y était très souvent censuré.

La plupart du temps, nous avions à faire à des histoires de cœurs et de tromperies. Au départ, bon nombre de ces longs métrages avaient été tourné dans les années 70. L’émancipation de la femme y était très présent. Souvent les protagonistes étaient en quête de liberté et donc de libertinage. Une belle excuse pour montrer du sexe dans ces films érotiques qui prenaient réellement le temps d’installer une ambiance et une histoire. Pas toujours très bien réalisés, on faisait avec ce que l’on voulait bien nous montrer.

M6, la chaîne du film érotique

Pendant un peu moins de 20 ans, la chaîne M6 a conservé ce rendez-vous du dimanche soir. Devenu culte pour beaucoup, le début des années 2000 sonnera le glas de cette case. La télé-réalité pouvant aller encore plus loin, les batifolages de Loana dans la piscine attirant beaucoup plus d’audience auront eu raison du film érotique qui se fera rapidement remplacer par des rediffusions.

L’époque avait changé et la chaîne suivait cette évolution. L’Internet qui étant encore naissant commençait à devenir une véritable source d’informations mais aussi de pornographie. L’accessibilité aux contenus adultes était en train de se démocratiser et l’ADSL devenant de plus en plus la norme, il était évident que le film érotique n’intéressait plus grand monde. Une page s’est alors tournée. D’une période où l’on faisait des films avec passion (même s’ils n’étaient pas tous très bons), on passa à une époque racoleuse où tout était bon pour la course à l’audimat.

C’est comme ça, les temps changent et aujourd’hui, regarder un porno n’a jamais été aussi facile. La télévision, quant à elle, n’est plus que l’ombre d’elle-même et vit probablement ses dernières années.

Loana et Jean-Edouard

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here