The Prodigy : L’histoire de « Smack My Bitch Up »

Novembre 1997, le troisième single de l’album « The Fat of the Land » sortait dans les bacs et le monde découvrait alors un clip qui ne respectait rien. Si le succès du titre avait été un peu moindre que les précédents tubes du groupe, « Smack My Bitch Up » a marqué sa génération par son clip désinvolte, symbole d’une jeunesse sans avenir.

The Prodigy

Filmé dans les rues de Londres, le clip montrait alors tout ce qui était interdit. La drogue, le sexe ou la violence était au programme de cette vidéo affichait alors le monde de la nuit à travers les yeux d’un protagoniste dont on ne savait pas grand chose. Des images dont on avait pas l’habitude de voir à la fin des années 90. La vue façon FPS donnait un vrai cachet à l’histoire que nous racontait ce clip.

MTV (pourtant assez rock’n’roll à l’époque) ne le diffusera qu’à partir de minuit et seulement pendant un petit mois avant de complètement le censurer. La version non-éditée passera tout de même dans une émission intitulée « Most Controversial Videos » sur MTV2 en 2002.

Malgré tout ce tapage, « Smack My Bitch Up » sera tout de même nommée quatre fois aux MTV Video Music Awards et remporta le prix de la « meilleure vidéo révolutionnaire de dance ». Vu le succès du groupe à ce moment de leur carrière, il aurait été fort déplacé de la part de MTV de ne pas lui attribuer une récompense malgré la censure.

Bourrée de stéréotypes machistes, la vidéo sera attaquée par des groupes féministes qui voyaient là une incitation à la violence envers les femmes malgré le fait que le personnage principal du clip soit une femme. Un élément qui n’est révélé qu’à la toute fin du morceau et qui remet en perspective tous les événements.

Les yeux les plus aiguisés noteront la présence de l’actrice porno Teresa May (Rien à voir avec la première ministre du Royaume-Uni) que l’on peut voir en stripteaseuse. 20 ans déjà que ce titre est sorti et fait toujours partie des « classiques ». Un titre atypique pour l’époque et une vidéo qui aura su faire parler d’elle.

PARTAGER

Acteur du web depuis 1995, j’ai lancé ce site en 2009 et, aujourd’hui encore, je continue à l’alimenter en parlant des choses qui m’intéressent comme la musique, le cinéma, les jeux vidéo et, bien évidemment, le sexe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here