Vivre sans enfant : le début du bonheur ?

Finir ses études, trouver un travail, tomber sur l’amour de sa vie, acheter une maison et faire des enfants. C’est à peut près le schéma type que l’on retrouve chez la plupart des personnes qui ont fait le choix (ou pas) d’une vie, à priori, respectable et très standardisée. Un modèle de société qui veut que l’on fasse des enfants afin de favoriser la croissance économique et donner de la main d’oeuvre pour l’avenir.

Avant les années 80, on ne se posait pas réellement de question quant à la vie que l’on désirait. Le but ultime étant d’avoir une situation suffisamment stable pour pouvoir procréer. Si les raisons sont très diverses quant aux choix de ne pas avoir d’enfant, il y en a une qui revient relativement souvent et c’est justement cette incapacité à avoir une situation stable.

Notre modèle capitaliste a besoin de plus de souplesse dans le travail (c’est, en tout cas, ce que réclame le patronat), il faut donc être capable de se rendre disponible pour des missions très variées avec cette épée de Damoclès au dessus de la tête qu’est le chômage. Le CDI n’étant, lui non-plus, pas synonyme de stabilité financière, faire des enfants semble être la plus mauvaise des idées.

Alors, oui, ne pas avoir d’enfant est loin d’être une tare de nos jours, c’est même plutôt un avantage pour sa vie professionnelle (et son compte en banque). Je change assez régulièrement de travail et quitter un CDI est quelque chose qui ne me fait pas peur. Combien de fois j’ai entendu “Tu as raison tant que tu n’as pas d’enfant !”, sous-entendu que les parents étaient plus ou moins bloqués dans leurs jobs qui ne leur plaisent pas toujours. Bonjour l’épanouissement personnel.

La recherche du bonheur : le voilà le vrai but de la vie. Faire des enfants n’est pas toujours la seule solution pour être heureux. Championne de la vente d’anti-dépresseur, la France est, comme tous les autres pays, très enclin à inciter la population à se reproduire, soutenue par les médias qui imposent une vision trop lisse du bonheur, justement.

Il y a bien eu quelques reportages qui traitaient des childfree et pour être très honnête, il s’agit souvent d’une foire aux monstres : “Regardez ces gens, ils ne sont pas comme vous !”.

Pourtant, dégager du temps pour sois c’est le meilleur chemin pour faire ce dont on a envie, s’épanouir et donc être heureux. Vivre sans enfant ? Oui, mille fois oui.

Nous avons besoin de vous !

Tu as aimé cet article ? Tu peux nous soutenir en achetant l'un de nos t-shirts, faire un tour sur notre sexshop. Si tu n'as pas de thunes, tu peux aussi nous aider en partageant cet article sur les réseaux sociaux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here